Matthieu 16

Revue Sémiotique et Bible

Résumé :

François GENUYT (CADIR-Lyon) retient du chapitre 16 de Matthieu la séquence qui traite des rapports avec les Pharisiens et les Sadducéens et celle qui rapporte l'échange entre Jésus et ses disciples à propos du Fils de l'homme. Puisque Pharisiens et Sadducéens demandent un signe, c'est le fonctionnement du signe que l'analyse de la première séquence tente de formaliser : pour les adversaires de Jésus, il est l'association d'un signifiant et d'un signifié ou ce qui établit le rapport du référent et du référé ; pour Jésus, le signe n'est pas de l'ordre de la connaissance mais de la reconnaissance, signe de reconnaissance du sujet. La confession de foi de Simon vaut à celui-ci d'être nommé « Pierre ». Nomination qui s'effectue au moyen de la métaphore. Qu'est-ce que le recours à la métaphore signifie donc de la place à laquelle Pierre se voit institué ? Institution de la place de l'interprète charger de lier ce qui des paroles et des affaires humaines se donne sans lien, chargé aussi de délier les faux liens.

  • Dates
    Paru le 10 juin 1995
  • Auteur(s)

    François Genuyt

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n°78