Des profondeurs de la faim

Revue Sémiotique et Bible

Résumé : Anne FORTIN (Université Laval - Québec) propose dans cet article de suivre dans l'Evangile de Marc la figure du pain dans les deux récits de la « multiplication des pains » et la figure du fruit de la vigne dans la parabole des vignerons homicides. L'analyse des deux premiers récits permet de voir comment pour Jésus, la faim s'interprète autrement que pour ses disciples. Elle n'impose ni la disjonction ni l'obligation d'être comblé par des objets que l'on trouverait ailleurs : elle crée au contraire une dynamique de conjonction relationnelle. Jésus enseigne ainsi aux disciples le mouvement du don en les instituant donateurs dans la logique d'une parole ouverte vers un tiers. Ainsi s'incarne la parole, Jésus fait advenir une réalité nouvelle par le don de sa parole, dont le pain devient une figure. Dans la parabole, le « fruit de la vigne » se trouve associé au meurtre du fils. Ainsi les figures se trouvent reprises dans le récit de la dernière Cène. ). Ce qui se noue à la Cène, c'est l'ouverture au salut à la jonction du pain, de la parole, du corps donné et du sang répandu. La Cène conjugue l'euphorie du don du pain et de la vie sur l'arrière-fond du sang versé, conséquence de l'imposture, de l'appropriation indue.
  • Dates
    Paru le 10 juin 2007
  • Auteur(s)

    Anne Fortin

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n°126