Étudier le théâtre en Lettres modernes : Richard II

Rencontre avec les comédiens de la pièce Richard II.

La Licence de Lettres modernes de l’UCLy permet d’étudier le théâtre sous un prisme théorique et pratique. Dans le cadre de ce cours de Théâtre, les étudiantes et étudiants de deuxième année ont pu échanger avec trois comédiens de la troupe de Richard II, pièce qui s’est jouée du 10 au 17 novembre 2023 au TNP.

Un cours pour étudier le théâtre

Le cours de Théâtre de la Licence de Lettres modernes de l’UCLy s’inscrit dans une perspective originale, à la fois théorique et pratique. Les étudiants voient au cours de leur deuxième année de licence l’histoire du théâtre, les textes fondateurs, les différentes formes théâtrales… Pour le côté pratique, ils assistent à une dizaine de représentations au Théâtre des Célestins, au Théâtre de la Croix-Rousse et au TNP. Enfin, les étudiants ont l’opportunité de rencontrer des metteurs et metteuses en scène, des comédiens et des comédiennes, des dramaturges… en lien avec les pièces étudiées.

Ce premier semestre, ils ont étudié le texte de Shakespeare Richard II et assisté à la représentation de la pièce au TNP le 16 novembre. Vendredi 17 novembre, ils ont pu poser leurs questions à trois comédiens. Chacun interprète plusieurs rôles sur scène « un peu comme une troupe de Shakespeare à l’époque » explique Thierry Bosc :

  • Thierry Bosc interprète Jean de Gand et York
  • Pierre-Thomas Jourdan joue les rôles de Bushy, d’un apprenti et de Fitzwater
  • Joaquim Fossi incarne sur scène Percy, Bagot et Scroope

Questions de mise en scène

Quand vous êtes public de Théâtre, contrairement au cinéma, on ne vous donne pas le gros plan. C’est vous qui allez chercher le gros plan. 

Thierry Bosc

Étudier le théâtre, c’est étudier l’histoire, les textes, la dramaturgie, mais aussi la scénographie. Comprendre les choix de mise en scène face un texte joué et rejoué, dont tout le monde connaît l’intrigue, pour arriver à surprendre encore. Réfléchir au chemin qui mène du texte écrit à sa représentation sur scène. Les étudiantes et les étudiants de la Licence de Lettres modernes ont donc interrogé les comédiens sur la mise en scène de Christophe Rauck.

Déjà, sur le choix de la pièce Richard II, qui est peu jouée. « Chez Christophe Rauck, il y a une thématique assez forte, c’est le pouvoir politique […] Richard II a vraiment répondu à la thématique » explique Pierre-Thomas Jourdan. Il ajoute également qu’au début, c’était aussi surtout la question d’un metteur en scène à un acteur : « Qu’est-ce que tu voudrais jouer ? – Richard II. – Ok, on le fait. »

Étudier le théâtre par l’expérience des comédiens

Rencontrer des professionnels du spectacle vivant est une réelle opportunité pour étudier le théâtre. À l’occasion du cours, les comédiens ont pu partager leurs expériences autour de Richard II et du métier en général : « Jouer un rôle est toujours difficile […] Ce personnage de Jean de Gand a beaucoup de mots. Il m’est arrivé d’oublier du texte, mais c’est normal, c’est le théâtre vivant, on se récupère, » confie Thierry Bosc.

Les étudiantes et étudiants ont notamment voulu savoir comment les rôles passés des comédiens avaient influencé leur travail sur la pièce : « Moi, ce que j’aime, c’est un renouveau à chaque fois. Je ne vais pas signer. Je ne vais pas jouer du Thierry Bosc à chaque fois. Maintenant, oui, mes anciens rôles m’ont surement servi. Mais on apprend toujours.  Le fait d’apprendre des textes ça muscle la mémoire, ça entretient. On apprend. On se construit à travers les rôles qu’on nous confie. Il y a une accumulation de choses qui font qu’on est aidé à jouer ceci ou cela. »

Comment préparer son rôle ?

Ils ont également posé des questions sur la préparation des comédiens, l’apprentissage et le travail sur les textes, le trac…

Joaquim Fossi, qui n’a eu que 4 jours pour préparer la pièce explique : « Avec Pierre-Thomas on s’aide mutuellement pour les rôles qu’on aura après. On apprend des textes. Moi j’aime bien travailler le texte le plus brut possible, et après travailler avec le metteur en scène sur ce qu’on a compris du texte, du personnage. Je vais travailler dans Don Juan, au TNP en mars. Combien de Don Juan ont incarné ce personnage ? Combien de littéraires se sont creusé la tête sur le sens de ce personnage ? Moi, je préfère ne pas lire tout ça et arriver avec une expérience de la vie. Pour humaniser le tout. »

« Moi, ce qui me rassure beaucoup c’est de comprendre d’un point de vue dramaturgique à quoi sert cette scène, à quoi elle répond, » nous dit Pierre-Thomas Jourdan, qui a eu 6 mois pour se préparer avant de commencer les répétitions.

« Moi, je ne peux pas mémoriser un texte que je n’ai pas compris, » poursuit Thierry Bosc. « Tant que je n’ai pas compris le sens j’ai du mal à l’apprendre. On ne peut pas apprendre bêtement, ce n’est pas possible. En tout cas pas au théâtre. On voit tout à travers ce qu’on va jouer. C’est un métier où on est obligé de se faire son petit jardin secret, son univers, autour de tout ce qu’on fait. »

Il conseille aux étudiants : « Allez dans une librairie, regardez une traduction d’une réplique, prenez une autre traduction et regardez la même réplique, c’est très intéressant. »

Pour travailler ses textes, il confie : « Moi, je sors de chez moi avec stylo, texte, et soit je marche dans un bois, soit je vais dans le café près de chez moi. Comme si j’allais au travail. Là je me concentre. Et deuxième chose, je copie tous mes textes. J’ai des petits carnets comme ça de tous mes textes. »

Le quatrième mur

Enfin, les étudiants ont voulu savoir si l’ambiance dans la salle influençait l’interprétation des comédiens : « Il ne faut pas le faire, mais c’est évident que tu le fais, » répond Joaquim Fossi. « Tu réagis forcément aux gens que tu as en face de toi. Si tu vois que ça fait rire, il ne faut pas en rajouter, mais c’est difficile. »

« Il y a onze personnes sur scène, plus une entité : le public. On est douze. Et on voit vraiment une différence d’un soir à l’autre. Comme Joaquim dit, je crois qu’il ne faut pas céder à des choses comme ça, mais ça arrive. Parfois, dans certains théâtres, il faut voir comme ça dérive, » conclut Thierry.

En savoir plus

Théâtre 1 et 2
  • Crédits ECTS : 3 par semestre
  • Enseignante : Myriam JEANTROUX
  • Semestres 3 et 4

 

Licence de Lettres modernes Licence de Lettres modernes - remise des diplômes

Découvrez la licence de Lettres modernes, ses parcours pré-professionnalisants et son offre culturelle d’exception.

Découvrez
L’ actu de l’UCLy