Alexandre Chabardès

Quel est votre parcours ?

Je suis titulaire d’un master en Anthropologie sociale, obtenu à l’université de Lyon 2. Ayant réussi plus que convenablement mon master, j’aurais pu continuer en recherche, ce que l’on me proposait. Cependant, bien que la recherche m’intéressait fortement, j’ai préféré bifurquer car je voulais à ce moment pouvoir directement travailler, en restant sur un certain niveau d’exigence que j’avais acquis lors de ma formation. Outre la recherche, j’ai pris conscience qu’enseigner était ce qui me motivait le plus. Pour mon mémoire, j’ai découvert plus amplement la philosophie, ce qui m’a beaucoup plu.

Ainsi, j’ai décide de vouloir apprendre le métier d’enseignant. J’ai choisi l’UCLy un peu par hasard, selon l’offre de formation et ce que je voulais préparer : j’avais l’idée que préparer un concours tel que le CAPES de mes propres moyens serait un véritable défi pas forcément à ma hauteur. J’ai donc préféré me donner une chance en suivant une formation qui m’a paru correspondre à mes besoins ; je peux dire, qu’après deux ans, je ne me suis pas trompé.

Le master MEEF à l'UCLy

Il est intéressant de noter que la formation MEEF de l’UCLy n’est pas seulement une préparation au concours. L’équipe pédagogique essaie ainsi de tenir deux lignes de conduite : d’une part, une préparation rigoureuse d’apprentissage de la philosophie, associant des cours magistraux universitaires d’une grande rigueur, très riche et qui permettent de se forger une culture philosophique conséquente ; le tout dans l’optique du concours, qui reste le tracé, l’objectif concret de ce master et qui vient soutenir et donner un poids concret aux connaissances acquises. De l’autre, une formation aux aspects concrets du métier, en misant sur des approches tant didactiques et pédagogiques qu’institutionnelles ; cela venant aider à se représenter l’après du concours, et donner de la perspective à l’apprentissage de la philosophie dans sa dimension de transmission.

Les points fort de cette formation sont, de mon point de vue :

- Le format d’une promotion réduite. Peu d’étudiants, et donc une attention plus ample portée à chacune et chacun. Ce faisant, toutes et tous sont soutenus et trouvent une oreille attentive afin de s’épanouir au mieux et préparer le plus sereinement possible le concours.

- Cette formule permet aussi un rapport privilégié à l’équipe pédagogique, que ce soit les professeurs spécifiques du master, les professeurs plus généraux de l’université ou les invités qui viennent pour donner des cours sur des points spécifiques, ou aider dans la tenue du master.

- Parmi les éléments importants de cette formation se trouve le stage dans un établissement privé ou public, selon le concours choisi. Bien que ce soit un prérequis national, sa mise en place dans le master se fait au mieux : l’équipe pédagogique est donc tout à fait disposée pour être attentive aux demandes des étudiantes et étudiants afin que cela se passe dans les meilleurs conditions, et favoriser l’inclusion de celui-ci dans la formation, en parallèle de la formation académique.

Ainsi, l’avantage le plus crucial de ce master n’est donc pas tant la préparation à un concours ou l’apprentissage d’un ensemble de savoirs mais qu’il donne la possibilité d’acquérir une certaine hexis du professeur de philosophie. Ce master permet ainsi d’assimiler, d’incorporer une manière de faire et une manière d’être qui au bout du compte est ce qui, à mon sens, est le véritable propre du professeur, ici de philosophie.

La Formation MEEF proposée à l'UCLy

Fiche métier

Devenir professeur de Philosophie