Témoignage de Jean Eudes LANMADJEKPOGNI

Étudiant en Master 1 "Droit des libertés - droit international et européen des Droits de l'Homme

Pourquoi avoir choisi le Master 1 de l'Institut des Droits de l'Homme de Lyon ?

La raison fondamentale pour laquelle j’ai choisi ce master est la recherche de connaissances spécifiques en droit international des Droits de l’Homme. J’ai pour objectif de faire carrière dans l’une des branches des Droits de l’Homme, notamment le droit du travail et des relations professionnelles.

Quelle est votre expérience d’étudiant au sein de l’IDHL ?

Être étudiant à l’IDHL est une très belle expérience. La promotion est très solidaire, notamment dans cette période très particulière. Le personnel enseignant et administratif est aussi très actif et attentif envers les étudiants.

Quels sont les atouts et points forts/différenciant de la formation ?

Le principal atout de la formation de l’IDHL est son caractère pluridisciplinaire et transversal. Elle concentre notamment des disciplines tant juridiques que sociales. Cela permet une dynamique d’appréhension des droits de l’Homme qui restent un concept au carrefour de toutes les sciences. Outre cet aspect, il faut relever le facteur interculturel, un élément très intéressant pour des études juridiques et surtout dans le domaine des droits de l’Homme. Cela offre un cadre déjà pratique pour la mise en œuvre des diverses connaissances acquises lors du cursus.

Par ailleurs, avec ses multiples partenariats (Grenoble et Padoue), l’IDHL nous offre de belles opportunités de nous ouvrir durant notre cursus. J’en veux pour preuve la Convention avec l’Université de Grenoble qui rend la formation double avec un double diplôme. Il en est de même avec le système de la mobilité en Master 2 avec l’Université de Padoue.

Quelle est l’agilité de la pédagogie, surtout en distanciel ?

Avec le confinement, les enseignements sont passés du présentiel au distanciel. Dès lors, chaque enseignant a systématiquement revu sa pédagogie de façon à s’adapter à cette nouvelle modalité. Entre les travaux à rendre, les lectures déposées sur la plateforme Moodle, et surtout la disponibilité des enseignants même après les cours. Ces derniers sont restés dynamiques, interactifs et intéressants. A tout ceci, il faut ajouter la transmission même de la connaissance lors des cours avec notamment l’utilisation de fichiers PowerPoint et bien d’autres éléments. Certains enseignants ont même proposé des exercices pratiques en ligne, une initiative très appréciée de tous parce que cela nous permet en tant qu’étudiant de bien suivre et de retenir l’essentiel du cours.

Quelle sera votre poursuite après la formation ?

Mon projet professionnel est de faire carrière dans le droit du travail et des relations professionnelles. Il est vrai que la question de la responsabilité sociale des entreprises multinationales m’intéresse et s'agissant du même domaine du droit social, je m'estime toujours aligné dans mon cursus. Après le master, trois options s'offrent à moi : chercher un master en droit social et préparer un projet de thèse ou alors chercher à intégrer, à travers un stage professionnel, une organisation internationale ou association en relation avec les Droits de l’Homme. La dernière option serait d’envisager directement la thèse juste après mon master.