Symbiose et évolution

Journée d'étude du CIE

le vendredi 21 janvier 2022 à 09h00

Lieu de l'événement

23 place Carnot - 69002 Lyon

Contact

CIE

0472325022
cie@univ-catholyon.fr

À la fin du XIXème siècle, Heinrich Anton de Bary découvre le lichen issu de l’association intime d’une algue et d’un champignon et propose le mot de symbiose en 1879 pour rendre compte de cette « association vivante entre espèces différentes ». Heinrich Anton de Bary et Albert-Bernhardt Frank vont étendre le mot symbiose au règne animal et en préciser la définition, en utilisant les notions de « Vivre ensemble » et « association durable ». Karl Brandt réoriente la symbiose en se posant la question de l’avantage obtenu et introduit la notion de bénéfice mutuel en 1881. Oscar Hertwig quant à lui montre que c’est une interrelation en Lorsque que l’on utilise le mot évolution, on a le choix de faire référence à la théorie darwinienne ou encore néo-darwinienne de l’évolution qui prend comme unité de sélection, les espèces et comme temporalité, les temps géologiques, ou
bien de faire référence à l’évolution, comme processus de changement au niveau des individus, le temps d’une vie, humaine, animale ou végétale.

Avec pour objectif final la délimitation de l’application interdisciplinaire de la notion de symbiose, nous proposerons d’analyser, à partir des compétences disciplinaires de chacun, la notion de symbiose, à la fois sur les temps longs de l’évolution des espèces et sur les temps courts des vies individuelles. Nous nous
demanderons notamment :

  • 1) dans quels cas il s’agira d’une communauté de vie et dans quels cas on
    pourra dire que les entités considérées font société,
  • 2) si l’on peut étendre la symbiose aux relations entre individus (y compris
    cellules d’individus).

Intervenants

  • Juan Vidal
  • Sylvie Allouche
  • Michel Raquet
  • Claire Brun & Aude Volpilhac
  • Béatrice de Montera
  • Maxime Begyn
  • Laurence Terzan
  • Emmanuel d’Hombres
  • Emmanuel Gabellieri
  • Olivier Perru
  • Joël Doré

Téléchargements