Écophysiologie et adaptations épigénétiques

Cette thématique vise à approfondir la connaissance de la biologie de la reproduction d’espèces souvent peu connues, en lien avec les conditions externes. Ces espèces, parfois menacées de disparition, présentent souvent des adaptations écophysiologiques intéressantes, dont la connaissance peut contribuer à une meilleure préservation de la biodiversité. Par ailleurs, certaines d’entre elles peuvent servir de modèles en recherche biomédicale ou encore être des bio-indicateurs de pollution anthropique. L’approche empirique utilisée fait appel à l’histologie et à la biologie moléculaire.

Les projets en cours

Étude de l’écophysiologie des amphibiens gymnophiones :

• Étude du lien entre la régulation hydrominérale et le cycle de reproduction de l’espèce Typhlonectes compressicauda.

• Étude de la plasticité phénotypique dans les voies génitales de l’espèce Typhlonectes compressicauda : rôle de l’épigénétique dans la régulation des cycles de reproduction.

• Étude de la plasticité tissulaire et de la régulation hormonale dans les voies génitales de Boulengerula taitanus et Boulengerula boulengerii.

Étude de l’écophysiologie des amphibiens anoures :

Étude, en collaboration avec l’université de Stellenbosch (Afrique du Sud), des mécanismes de l’adaptation de Sclerophrys gutturalis, crapaud guttural dans un environnement climatique spécifique en Afrique du Sud.  

Étude de l’écophysiologie des poissons Ostéichtyens :

Étude, en collaboration avec l’Université de Bejaia (Algérie), des effets de perturbateurs endocriniens sur les appareils reproducteurs de poissons vivant dans la rivière Soumam (Algérie).

Étude de l’écophysiologie des vertébrés des zones arides :

Étude, en collaboration avec l’USTHB (Algérie), du rôle de la glande de Harder dans la régulation hydrominérale chez Uromastyx acanthinura, un lézard saharien.

Étude de la reproduction du rongeur Rattus norvegicus :

Étude, en collaboration avec l’USTHB (Algérie), de la physiotoxicité de l’homocystéine sur la spermatogenèse : rôle de l’homocystéine en tant que nouveau biomarqueur des problèmes de fertilité masculine.

Les enseignants-chercheurs 

Coordinatrice : Claire BRUN

Membres permanents :

• Claire BRUN, Professeur (HDR), doctorat en biologie moléculaire et cellulaire

• Elara MOUDILOU, Maître de conférences (HDR), doctorat en biologie cellulaire et moléculaire

• Christine CHEVALIER, Maître de conférences, doctorat en systèmes intégrés, environnement et biodiversité

• Michel RAQUET, Maître de conférences, doctorat en systèmes intégrés, environnement et biodiversité - agrégation ès sciences naturelles

Membre associé : Jean-Marie EXBRAYAT, Professeur émérite et directeur émérite à l’EPHE

Membre temporaire : Rozenn DELIGNY, doctorante en géographie (ED 489 SISEO, USMB)

Découvrez aussi

Biosciences, Technologies, Éthique Microscope

Les recherches du pôle sont réalisées dans la continuité de celles menées à l’époque par le « Laboratoire de Biologie Générale » (LBG) de l’UCLy.