Colloque international de la Chaire Unesco sur les crimes de génocide

Publié le 25 octobre 2019 Mis à jour le 30 octobre 2019

La Chaire UNESCO organise les 7 et 8 novembre 2019 un colloque international qui conjuguera, évènement scientifique, devoir de mémoire et hommage à la profession judiciaire en s’appuyant sur le rôle déterminant de la ville de Lyon dans le développement de la justice pénale internationale, notamment par le procès historique de Klaus Barbie en 1987. Il aura pour thème « Le crime de génocide à la lumière de la jurisprudence des juridictions pénales internationales et nationales : du Tribunal militaire international (TMI) de Nuremberg à la Cour pénale internationale (CPI) », et comptera sur la présence d'une intervenante de premier ordre : Madame Fatou Bensouda, Procureure générale de la Cour Pénale Internationale (CPI).

Les critères qui définissent un génocide


La qualification de "génocide" ne repose pas sur le décompte macabre du nombre de morts, mais sur une analyse juridique de critères définis par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide du 9 décembre 1948 de l'ONU. Elle précise qu’« un génocide est commis dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel ».

Dans le cas du Rwanda qui sera au centre de notre colloque, l'ONU estime qu'environ 800 000 Rwandais, en majorité tutsis, ont perdu la vie en à peine trois mois, entre avril et juillet 1994. Les Hutus solidaires des Tutsis ont connus le même sort puisqu'ils ont souvent été assasinés comme traîtres à la cause hutu. En cent jours, ce fut le génocide le plus rapide de l'histoire et celui de plus grande ampleur quant au nombre de morts par jour.

Madame la Procureure Fatou Bensouda, invitée d’honneur de la Chaire UNESCO de l'UCLy




Madame Fatou Bensouda a été en 2012 la première femme à assumer les fonctions de Procureure générale de la Cour Pénale Internationale à La Haye. Elle a été de 2002 à 2004 la conseillère juridique et Substitut du Procureur au Tribunal pénal international pour le Rwanda. 
Ancienne ministre gambienne de la Justice, c'est un honneur pour l'UCLy de recevoir celle qui figure sur la liste des 100 personnes les plus influentes sur le plan mondial en 2012 et en 2017, selon le Time Magazine. Elle a été désignée, deux années de suite, comme l’une des 50 femmes africaines contribuant par son action et ses initiatives à faire progresser le continent africain par Jeune Afrique. Elle apparait également dans le classement des « penseurs de premier plan dans le monde » par le magazine Foreign Policy en 2013.

Faire de la prévention pour éviter les crimes de génocide dans le monde.


Dans un premier temps, l’objectif de cet évènement scientifique est d'évaluer comment la communauté internationale agit en matière de prévention et de répression du crime de génocide, tant sur le plan conceptuel, que normatif, institutionnel et surtout jurisprudentiel. Dans un deuxième temps, il s’agira de proposer des stratégies concrètes permettant de protéger de manière efficace les minorités en danger de génocide. 

Les actes de ce colloque seront publiés sous forme d'ouvrage afin de diffuser largement ces travaux et d’offrir une connaissance optimale des problématiques liées au crime de génocide aux professionnels du droit comme aux organisations non-gouvernementales, et aux médias.

Un programme dense pour une cause juste


La Chaire UNESCO a construit pour ce colloque un programme dense, réparti sur deux jours et décliné en 6 panels distincts réunissant experts français et internationaux.

Le premier panel permettra d’analyser le contenu juridique et opérationnel du crime de génocide. Le deuxième reviendra sur les grands procès internationaux pour fait de crime de génocide. Le troisième se penchera sur la portée du crime de génocide dans le droit interne et régional. Le quatrième permettra aux participants d’étudier les droits de la défense et du principe d’égalité des armes dans ce type de procès, Le cinquième panel abordera le rôle préventif et pédagogiques des juridictions pénales nationales et internationales face aux risques de génocide. Le dernier panel a pour objectif de trouver les stratégies d’actions concrètes des acteurs politiques face aux nouveaux risques de génocide.

En résumé, la Chaire Unesco de l'UCLy propose trois grands évènements sur le crime de génocide et le devoir de mémoire (cliquez sur chaque lien pour en savoir plus) :


Adama Dieng - Secrétaire général adjoint des Nations Unies.