Cycle de conférences : Les vertus du soignant

Publié le 4 juillet 2017 Mis à jour le 19 juillet 2017
L’éthique médicale est souvent centrée sur l’action : que faut-il faire ? Cet acte est-il ce qu’il fallait faire ? Mais tout un courant de l’éthique contemporaine, en particulier en Amérique du Nord revisite l’ancienne théorie des vertus, pour attirer l’attention non sur l’acte, mais sur le sujet qui agit. Les vertus sont des capacités du sujet à bien agir : existe-il des vertus spécifiques aux soignants ?


Qu’est-ce qui nous dispose à soigner ?

Mardi 27 février2018 - 18h30-20h30
Jean-Marie Gueullette, médecin et théologien, directeur du CIE

L’acte de soigner ne trouve pas seulement sa source dans des normes, ni dans les circonstances, il est avant tout l’acte d’un sujet. Comment ce sujet est-il rendu capable de soigner ? C’est la question classique des vertus, que nous allons appliquer au soin. Comment naissent-elles ? Y a-t-il des dispositions du sujet, dispositions naturelles ou acquises, qui font de lui un bon soignant ?


L’humilité du soignant

Mardi 6 mars 2018 - 18h30-20h30
Dr Guillaume Monod, pédopsychiatre et docteur en philosophie

L’humilité peut paraitre superflue en médecine. Absente du serment médical, identifiée à une vertu princeps de la théologie chrétienne, elle semble même en contradiction avec l’autorité de la recherche scientifique et la laïcité requise pour l’exercice médical. Afin d’esquisser sa place et le secours qu’elle peut apporter auprès du lit du malade, il convient de la considérer selon trois dimensions complémentaires : celle d’un comportement social et moral, celle d’une sagesse pratique hippocratique, celle d’un schème kantien reliant immanence et transcendance.


Le professionnalisme

Mardi 13 mars 2018 - 18h30-20h30
Yan Plantier, Philosophe, CIE

Souligner le professionnalisme de quelqu’un, ce n’est pas seulement insister sur ses compétences techniques ou féliciter ses qualités personnelles, mais c’est d’abord recevoir l’intelligence qu’il a du sens de son métier et reconnaître la façon dont cette intelligence a façonné une posture fiable. Le professionnalisme n’existe que sous la condition d’une élaboration symbolique des enjeux. Avant d’être exigé, le professionnalisme des soignants doit donc être rendu possible…


L’empathie, vertu ou illusion ?

Mardi 20 mars 2018 - 18h30-20h30
Dr Anne Lécu, médecin en maison d’arrêt, philosophe

L’empathie semble être la capacité à se projeter afin de ressentir les sentiments d’autrui. On insiste volontiers sur cette nécessaire empathie dans la relation de soin. Or, peut-on se mettre à la place de l’autre qui souffre ? Souffrir de sa souffrance ? N’est-ce pas suggérer que le dentiste a perpétuellement mal aux dents ? Pour éviter de tomber dans cette erreur logique, nous tenterons de préciser les contours de ce que serait un juste « pâtir avec ».


Tarifs :

Pour une conférence :
- Individuel : 15€
- Étudiants : 8€

A partir de 3 conférences (prix par conférence) :
- Individuel : 10€
- Étudiants : 5€

Formation continue : 100€ pour l'ensemble du cycle

Télécharger le bulletin d'inscription