Handicap & ESTBB : une démarche engagée pour la réussite de tous

À l’ESTBB, nous sommes toutes et tous très sensibles au bien-être de chacun de nos étudiants. Développer l’accompagnement des jeunes fait partie intégrante de notre mission. Cela passe évidemment par un accompagnement personnalisé des étudiants en situation de handicap. Ainsi, Elodie Boutin, devenue depuis peu référente handicap de l’école nous éclaire sur son rôle et les mesures d’aide aux étudiants.

1. Pourriez-vous nous décrire vos missions en tant que référente handicap ?

Elodie Boutin : au sein de l’Université Catholique de Lyon, le « Pôle Santé/Handicap »  a pour objectif de favoriser l’intégration et la réussite de tous. Béatrice Vallin, Médecin Directeur du pôle santé, et Angélique Hénault, Chargée de mission handicap, proposent des accompagnements personnalisés permettant aux étudiants en situation de handicap d’être accompagnés dès leur entrée à l’Université, et tout au long de leur cursus.

Mon rôle est donc d’assurer le relai entre le pôle Santé de l’UCLy et l’ESTBB. L’étudiant est libre d’évoquer ses besoins concernant son handicap avec l’équipe pédagogique. Dès lors, avec l’aide du pôle santé/handicap, nous échangeons avec lui pour mettre en place des solutions concrètes adaptées à sa situation, tout en favorisant au maximum son autonomie.

2. Quels types d’aménagements mettez-vous en place ?

EB : ils sont variés et peuvent intervenir à différents moments clés du cursus. L’important est que ces aménagements soient personnalisés en fonction du handicap de l’étudiant. Voici quelques exemples concrets :

- Pendant les cours : Le partage de leurs prises de notes par des étudiants volontaires avec des personnes en situation de handicap (favorisant d’autant plus l’entraide au sein d’une promotion) ; la mise à disposition de documents spécifiques (un grossissement de police pour des personnes malvoyantes) ; l’utilisation par les enseignants de matériel audio (en cas de trouble de l’audition) ou encore des aménagements de mobiliers pour des étudiants souffrant de lombalgie.

- Pendant les examens : mise en place d’un tiers temps pour celles et ceux qui en ont besoin (étudiant souffrant d’un trouble cognitif par exemple) ; transformation d’examens oraux en examens écrits (pour des personnes malentendantes) ; adaptation des sujets pour les étudiant(e)s ayant des problèmes de vue.

Il existe autant d’aménagements que de situations de handicap, l’important étant de trouver ensemble les solutions permettant à chaque étudiant de suivre sa formation le plus sereinement possible.

3. Comment sont impliqués les autres acteurs de l’ESTBB (enseignants, équipe pédagogique, étudiants) à cette démarche ?

EB : L’équipe pédagogique de l’ESTBB est particulièrement attachée à favoriser la cohésion au sein de chaque promotion.

L’organisation de nombreux travaux de groupes, par exemple, permet à tous les étudiants d’apprendre à s’adapter aux difficultés de leurs camarades en situations de handicap.

Enfin, nous développons des mesures d’accompagnements dédiées au corps enseignant. Ils ont, par exemple, pu être sensibilisés récemment au syndrome Asperger pour être mieux outillés pour l’accompagnement des étudiants concernés.

4. Cet accompagnement dépasse-t-il le cadre universitaire ? 

EB : Bien sûr ! Nous faisons notre maximum pour accompagner nos étudiants vers le monde du travail. Cette année, nous nous sommes d’ailleurs rapprochés de l’association Unirh-Thransition qui propose de constituer des binômes étudiants/salariés au sein de différentes entreprises du secteur du médicament. 

À travers ces tandems, les étudiants peuvent aborder des sujets concrets : Comment parler de mon handicap en entreprise ? Avec mes collègues, avec mes managers ? Faut-il l’évoquer lors de mes entretiens d’embauche, et comment ? Quelles sont les solutions qui peuvent être mises en place pour m’aider une fois en entreprise ?

Nous multiplions les initiatives dans ce sens afin que chacun de nos étudiants se sente préparé pour son arrivée sur le marché de l’emploi.