Témoignage Rebecca Durand - DU philosophie de l'ostéopathie

Publié le 8 mars 2018 Mis à jour le 3 mai 2018
1) Comment avez-vous eu connaissance du DU « Philosophie de l’ostéopathie » ?
Par Internet et deux de mes amis y ont participé.
 
2) Pourquoi vous êtes-vous inscrit à cette formation ?
Pour enrichir ma pratique, mettre des mots sur des sensations, réfléchir et pouvoir mieux expliquer ce qu’il se passe pendant les séances et l’ouverture sur un versant peu étudié de l’ostéopathie : la philosophie.
 
3) Que vous apporte cette formation par rapport à votre formation initiale d’ostéopathe ?
Justement cette ouverture sur les origines et le contexte de création de l’ostéopathie. De mettre des mots, partager avec d’autres personnes qui ont une pratique différente.
 
 

4) Y a-t-il déjà pour vous une forme de mise en application de ce que vous travaillez au DU dans votre quotidien d’ostéopathe ?
Le fait d’aborder tous ces sujets me permet d’avoir une vision plus claire de mon travail au quotidien et j’aborde plus facilement l’origine de l’ostéopathie avec mes patients, sa construction par rapport à la médecine classique.
 
5) Que pensez-vous de l’articulation entre réflexion philosophique et travail pratique durant la formation ?
Je trouve cette relation indispensable, la mise en pratique permet un réel questionnement sur ma pratique, qui est devenu au cours des années presque un automatisme, en allant chercher des sensations, perceptions que je ne cherche pas d’habitude, elle entraîne une vraie remise en questions sur les temps de pratique, les partages sont très enrichissants.
6) Lors des sessions, quelle est la thématique qui vous a le plus marqué et pourquoi ?
L’anthropologie de la douleur et sur la représentation que les patients souffrant avaient de leur corps.
 
7) Que souhaitez-vous dire à des ostéopathes qui découvrent l’existence de cette formation ?
Que c’est une expérience très riche, par les questionnements qu’elle apporte, et les rencontres avec le groupe et les enseignant, mais que c’est aussi un investissement personnel, car cela demande du temps, donc il ne faut pas le faire juste pour réaliser une formation de plus. Et il faut être prêt à être « chamboulé » également.