Témoignage Malo Richeux - DU philosophie de l'ostéopathie

Publié le 6 mars 2019 Mis à jour le 6 mars 2019
1) Comment avez-vous eu connaissance du DU « Philosophie de l’ostéopathie » ?
Par Louis Parizet, qui a suivi le DU, avec qui j’enseigne à l’IORennes
 
2) Pourquoi vous êtes-vous inscrit à cette formation ?
C’est la poursuite idéale et espérée de la démarche de réflexion que j’ai entamée il y a quelques années et qui a abouti à la sortie d’un livre. La science ne pouvant apporter toutes les réponses, la philosophie, en abordant l’ostéopathie d’un autre point de vue, me semblait être une voie intéressante.
 
3) Que vous apporte cette formation par rapport à votre formation initiale d’ostéopathe ?
Un approfondissement des questionnements, au mieux tout juste abordés lors de la formation initiale, notamment en ce qui concerne la perception ostéopathique ou encore la question des origines et de son créateur.
L’idée aussi que l’ostéopathie est bien plus qu’une simple pratique manuelle, mais une vraie philosophie à part entière.
Et enfin le regard extérieur extrêmement enrichissant, car très différent, de personnes qui ne sont pas ostéopathes.
 
4) Y a-t-il déjà pour vous une forme de mise en application de ce que vous travaillez au DU dans votre quotidien d’ostéopathe ?
Complètement, sans aucun doute. Essentiellement en ce qui concerne les techniques dites tissulaires.
 
5) Que pensez-vous de l’articulation entre réflexion philosophique et travail pratique durant la formation ?
La pratique est une excellente prise de conscience et une ouverture à la pluralité des approches, des représentations du corps, des modèles explicatifs, des perceptions, par la richesse incroyable de la confrontation avec d’autres ostéopathes.
 
6) Comment cette formation vient questionner votre activité professionnelle ?
Cette formation m’a permis de me poser la question essentielle, « que fais-je quand je fais de l’ostéopathie ? »
 
7) Lors des sessions, quelle est la thématique qui vous a le plus marqué et pourquoi ?
La perception ostéopathique, tout part de là. Elle implique la matière, le mouvement et l’esprit.
 
8) Que souhaitez-vous dire à des ostéopathes qui découvrent l’existence de cette formation ?
Paradoxalement, c’est cette formation où n’est enseignée aucune technique qui m’a le plus apporté depuis bien des années. Elle est par contre très exigeante en termes de travail personnel pendant un an, mais ce n’est que du plaisir, pour peu que le sujet nous passionne.