Sémiotique et Bible n°78 - Juin 1995

Bulletin d'études et d'échanges publié par le Centre pour l'Analyse du Discours Religieux

Sommaire de la revue n°78

La sémantique interprétative de F. Rastier – Pierre Dard

Pierre DARD (Saint-Etienne, CADIR-Lyon) poursuit la présentation du projet de sémantique interprétative de François Rastier. Les principaux points de ce projet sont tour à tour exposés :

  • Établir fermement la linguistique dans son statut de science sociale.
  • Après l’échec de la grammaire générative dans le domaine de la sémantique, reprendre en compte la notion de cas sémantiques et en faire la typologie.
  • Unifier la sémantique à ses différents niveaux que sont le mot (micro-sémantique), la phrase (méso-sémantique), le texte (macro-sémantique).
  • A l’échelle de la macro-sémantique, distinguer quatre paliers :
    • la thématique : comment se font les isotopies et comment fonctionnent les matrices d’homologations ;
    • la dialectique, chargée de rendre compte de la succession syntagmatique des contenus ;
    • la dialogique, à qui il revient d’établir les rapports entre la cohérence textuelle et les mondes auxquels réfère le texte ;
    • la tactique, qui se préoccupe des rythmes du signifié grâce auxquels notamment se crée le suspens.

Matthieu 16 – François Genuyt

François GENUYT (CADIR-Lyon) retient du chapitre 16 de Matthieu la séquence qui traite des rapports avec les Pharisiens et les Sadducéens et celle qui rapporte l’échange entre Jésus et ses disciples à propos du Fils de l’homme. Puisque Pharisiens et Sadducéens demandent un signe, c’est le fonctionnement du signe que l’analyse de la première séquence tente de formaliser : pour les adversaires de Jésus, il est l’association d’un signifiant et d’un signifié ou ce qui établit le rapport du référent et du référé ; pour Jésus, le signe n’est pas de l’ordre de la connaissance mais de la reconnaissance, signe de reconnaissance du sujet. La confession de foi de Simon vaut à celui-ci d’être nommé « Pierre ». Nomination qui s’effectue au moyen de la métaphore. Qu’est-ce que le recours à la métaphore signifie donc de la place à laquelle Pierre se voit institué ? Institution de la place de l’interprète charger de lier ce qui des paroles et des affaires humaines se donne sans lien, chargé aussi de délier les faux liens.

Notes de lecture – Claude Chapalain

Claude CHAPALAIN (Atelier de Recherches Sémiotiques, Bretagne) procède à une lecture cursive des deux premiers chapitres du livre de l’Exode. Il suit plus particulièrement le parcours figuratif de la descendance : descendance de Jacob, descendance d’Israël, descendance des Hébreux, enfin descendance de Moïse dont l’identité et l’appartenance sont partagées entre le groupe des Hébreux, celui des Egyptiens et la terre de Madian.

Abonnez-vous !

Télécharger le formulaire d'abonnement à Sémiotique et Bible

télécharger
Plaquette de formation continue

Télécharger le bon de commande au numéro

télécharger
Télécharger le livret auditeurs libre en philosophie