Sémiotique et Bible n°64 - Décembre 1991

Bulletin d'études et d'échanges publié par le Centre pour l'Analyse du Discours Religieux

Sommaire de la revue n°64

Evangile de Matthieu 9, 9-26 – François Genuyt

François GENUYT (CADIR-Lyon) analyse une courte section qui recouvre l’appel de Matthieu, une discussion provoquée par les Pharisiens au sujet des repas pris avec les pêcheurs, une autre discussion suscitée par les disciples de Jean à propos du jeûne, et enfin les deux récits enchâssés de la guérison de l’hémorroïsse et du relèvement de la fille d’un notable. La première série s’unifie autour d’une isotopie figurative : celle du repas et de la nourriture. On s’interroge ensuite sur l’implication réciproque des transformations opérées sur l’hémorroïsse et la petite fille, telles qu’elles sont racontées par deux récits intriqués l’un dans l’autre.

L’inspiration (2) – François Martin

A la suite du précédent numéro de Sémiotique et Bible, ce compte rendu rapporte le travail d’un groupe qui, au cours de l’année 1989-1990, s’est réuni au CADIR autour de la question de l’inspiration. Le texte ici présenté résume le contenu de plusieurs rencontres. Divers auteurs, ayant traité de ce thème, sont passés en revue : Louis Meyer et Baruch Spinoza d’abord pour l’Ecriture Sainte. Puis l’inspiration est étudiée chez des auteurs profanes : Bruno Gelas (Université Lumière-Lyon II) examine comment les poètes modernes de langue française se sont expliqués sur leur propre travail poétique et ont dû, pour ce faire, recourir à l’expérience obscure de l’inspiration. Enfin, remontant beaucoup plus haut dans la tradition occidentale, la réflexion s’est penchée sur le traitement de cette question par Platon dans Ion.

Le groupe de travail a exploré d’autres pistes, d’autres auteurs, d’autres lieux où l’inspiration, notamment celle de la Bible, a été abordée et réfléchie : la tradition médiévale, le débat suscité dans le catholicisme par l’ouverture aux méthodes de l’exégèse historico-critique et par la crise moderniste, les encycliques Providentissimus Deus de Léon XIII et Spiritus Paraclitus de Benoît XV, la Seconde Epître de Pierre, l’article « Texte » de Roland Barthes paru dans l’Encyclopedia Universalis. Cette partie du travail, demeurée à l’état de notes, ne fera pas l’objet d’un compte rendu.

Analyse d’un conte – Jean Calloud

Jean CALLOUD (CADIR-Lyon) poursuit ses exercices d’analyse sémiotique appliquée : pour illustrer la théorie, il interprète ici un conte d’origine espagnole. Ce commentaire attire l’attention, entre autres, sur quelques particularités du discours que ce conte exploite avec bonheur. Les acteurs ne sont pas réductibles à de simples « porteurs de valeurs » ou des représentants de catégories sémantiques, et un acteur qui, dans ce conte, s’appelle et est la Mort ne se réduit pas au second terme de la structure élémentaire, vie/mort, la plus courante de tous les micro-univers sémantiques. De même, la mort ne saurait dans ce récit fonctionner à la manière d’un signe dont le signifié serait répertorié par le code mais comme l’une de ces figures principales convoquées par le discours pour constituer un acteur. En vue d’un repérage plus rapide, les concepts sémiotiques sont imprimés en gras dans le texte de l’article.

Abonnez-vous !

Télécharger le formulaire d'abonnement à Sémiotique et Bible

télécharger
Plaquette de formation continue

Télécharger le bon de commande au numéro

télécharger
Plaquette de formation continue