Sémiotique et Bible n°158 - Juin 2015

Bulletin d'études et d'échanges publié par le Centre pour l'Analyse du Discours Religieux

Sommaire de la revue n°158

Du progrès du lecteur et du texte sacré : la signifiance comme « virtus sacri eloquii » Elie Ayroulet

Ce texte d’Elie Ayroulet (faculté de théologie, UCLy) interroge la question du « faire sens » des Ecritures à la lueur de l’exégèse patristique, mais aussi en dialogue avec les herméneutiques contemporaines. Il propose pour cela un parcours en cinq étapes, appuyé sur des citations des Pères savamment commentées et mises en perspectives.

Et la parole ne parle pas, vue depuis la scène de Prologue au quatrième Évangile Philippe Dockwiller

Ce texte de Philippe Dockwiller (faculté de théologie, UCLy) examine d’un double point de vue, littéraire et théologique, la figure de la Parole élaborée par le prologue de Jean. Cet article, présenté comme une enquête, propose des ouvertures passionnantes sur les enjeux engagés dans cette figure énigmatique pour une théo-logie contemporaine.

« Le bénéfice de la démarche sémiotique s’atteste à la puissance de nouveauté qui traverse tout entendre attentif à la différence. Il y a là un effet de vie, développé indépendamment de la plus ou moins grande justesse du dire car ce qui le suscite est simplement l’ouverture à l’autre. S’y révèle l’enjeu de libération que comporte un assujettissement consenti à la parole : il pratique comme une désincarcération de la prison que constitue l’enfermement dans un point de vue propre, délivrant ainsi les individus du solipsisme inhérent à la dimension somatique.

Un regard clinique sur les effets de la parole - Bénédicte Descarpentries

L’article de Bénédicte Descarpentries (Psychanalyste, Lyon) établit un parallèle entre sémiotique et psychanalyse. Elles constituent deux pratiques de lecture voisines, car fondées toutes deux sur une écoute interprétative où « L’entendre passe par le filtre de notre être ouvert à la dimension de la parole, il est relation à l’autre et à l’Autre de la parole s’il est possible de le dire ainsi. » Le texte explicite cette parenté, dont il montre l’enjeu pédagogique : en effet « la lecture des textes bibliques ouvre et colore l’écoute de ceux qui me font la confiance de venir partager ce qui les habite. »

Verbe de Dieu, mots de l’homme: quels dialogues dans l’homélie? - Carole Calistri

L’analyse, à la fois rigoureuse et subtile, proposée par ce texte de Carole Calistri (Sciences du langage, Université de Nice) conduit pas à pas ses lecteurs vers cette sage conclusion : « Si toute parole est adressée, dans l’homélie comme dans tout discours, l’orateur est le premier destinataire de sa propre homélie, les mots de Dieu – pour autant qu’on puisse ainsi nommer la toute petite partie qui en est fixée dans les Ecritures – s’adressent donc aussi à lui et d’une certaine manière il les explique aux fidèles tout autant qu’il se les explique à lui-même. »

Abonnez-vous !

Télécharger le formulaire d'abonnement à Sémiotique et Bible

télécharger
Plaquette de formation continue

Télécharger le bon de commande au numéro

télécharger
Plaquette de formation continue