Sémiotique et Bible n°143 - Septembre 2011

Bulletin d'études et d'échanges publié par le Centre pour l'Analyse du Discours Religieux

Sommaire de la revue n°143

La sémiotique du CADIR : de l’énoncé à l’énonciation – Anne Pénicaud

Anne PENICAUD (CADIR-LYON) publie ici une partie de l’Introduction de la thèse en théologie qu’elle a soutenue le 27 mai et dont on a rendu compte dans le n° 142 de S&B : « Advenant soumis dans l’entendre. La sémiotique énonciative à l’école de l’Épître aux Philippiens 1,1 – 2,11 ». Ce titre résume très précisément le propos de la thèse et l’enjeu de la lecture sémiotique telle que la présente et la réalise Anne Pénicaud. Il s’agit en effet de montrer comment, dans le « geste » de lecture, le lecteur comme sujet, comme énonciataire, « advient » pour autant qu’il se « soumet » à l’écoute (à « l’entendre ») de la Parole, attestée dans le texte, qui soutient les multiples jeux de l’énonciation énoncée dans le discours de l’Épître. Il s’agit donc de reconnaître au texte une nouvelle et autre référence, non pas la réalité extra-textuelle à laquelle il peut renvoyer, mais le texte lui-même en tant qu’il est lu. La lecture constitue le lieu d’émergence du sens, pour lequel elle est donc un référent de fait. La question du sens d’un texte s’en trouve déplacée, et réinscrite dans le champ de la parole.

Anne Pénicaud retrace ici l’évolution de la recherche sémiotique dans laquelle s’est engagé le CADIR, attaché à une pratique constante de la lecture. Plaçant la lecture (et le lecteur) au cœur de la question du sens, cette recherche s’est donné une orientation majeure en direction de l’énonciation en tant qu’elle convoque et structure un lecteur. On trouvera dans cet article le chemin qui conduit à la prise en compte de cette « référence », intégrant les recherches sémiotiques centrées sur les structures narratives et sur les formes figuratives. La « sémiotique énonciative » ici proposée ouvre une possibilité nouvelle de dialogue dans le champ de l’exégèse. Recevoir le sens d’un texte en rapport avec sa situation de lecture, et non plus d’écriture, situe la forme même du texte comme un référent tangible, sur la base duquel peut être examinée la question du sens. Cette forme est énonciative : c’est en tant qu’il constitue la mise en forme d’une énonciation qu’un texte peut être pris pour le référent de la lecture. Une autre partie de cette Introduction sera publiée dans le prochain numéro de Sémiotique et Bible.

Quand le salut advient pour une maison. Lecture de Luc 19,1-10 – Anne-Marie Chapleau

Anne-Marie CHAPLEAU (Institut de formation théologique et pastorale du diocèse de Chicoutimi (IFTP) au Québec) propose ici la première partie d’une lecture du récit de Zachée en Luc 19, 1-10. Elle y met en oeuvre les éléments théoriques et méthodologiques de la sémiotique énonciative proposée dans la thèse d’Anne Pénicaud et dont une partie de l’Introduction figure dans ce numéro. L’analyse débute par un découpage rigoureux du texte sur des critères énonciatifs ; elle se poursuit par une analyse figurative, destinée à être reprise dans une analyse narrative et dans une analyse énonciative, qui feront l’objet de la seconde partie de cet article.

On pourra suivre ici avec précision les procédures de découpage « en relief » du texte, fondé sur le repérage des figures de l’énonciation et sur un modèle de la parole articulant le « dire » et l’ « entendre ». Cette première approche du texte permet d’entrer dans l’analyse du tissu figuratif qui montre comment les acteurs du récit sont situés dans la parole, et comment leur énonciation s’articule à la voix du texte. Ce regard sur l’énonciation du texte laisse deviner que des enjeux de sens importants se jouent dans la manière dont les acteurs du texte sont situés dans le dire et dans l’entendre.

« Bonnes feuilles » Devenir disciples selon l’Évangile de Marc – François Genuyt

Infatigable lecteur de l’Évangile de Marc, Jean DELORME (1920-2005) a parcouru ce texte pendant plusieurs années et fait profiter de sa lecture de nombreux auditeurs au cours de sessions, rencontres et conférences consacrées à cet évangile. L’ensemble de ces travaux a abouti à la publication en deux volumes d’une lecture intégrale du deuxième évangile, publiés après la mort de Jean Delorme grâce au travail de Jean-Yves Thériault (L’heureuse annonce selon Marc. Lecture intégrale du deuxième évangile, 2 vol., Coll. Lectio divina 219 & 223, Paris : Ed. du Cerf ; Montréal : Médiaspaul, 2007 & 2008).

François GENUYT (Cadir-Lyon) a repris les notes enregistrées de toutes ces conférences et sessions afin de les rassembler en un unique document, qui permettra au lecteur de suivre dans l’intégralité du deuxième évangile le parcours de ceux qui sont appelés à devenir disciples.

Ce document constituera un bon « guide de lecture » pour qui voudrait s’engager dans la découverte de l’« heureuse annonce » dont témoigne le livre de Marc et dans l’écoute de la parole qui jaillit de l’expérience de la lecture.

Pour le présenter et donner aux lecteurs de Sémiotique et Bible l’envie de s’y reporter, nous en publions ici quelques « bonnes feuilles ».

Abonnez-vous !

Télécharger le formulaire d'abonnement à Sémiotique et Bible

télécharger
Plaquette de formation continue

Télécharger le bon de commande au numéro

télécharger
Plaquette de formation continue