Sémiotique et Bible n°171 - Septembre 2018

Bulletin d'études et d'échanges publié par le Centre pour l'Analyse du Discours Religieux

Sommaire de la revue n°171

Devenir un père fécond - Une lecture personnelle de Genèse 22 - Jean-Yves Thériault

L’article de Jean-Yves THÉRIAULT (Professeur retraité de la Faculté de Théologie et Sciences Religieuses, Université du Québec à Rimouski), illustre les enseignements anthropologiques d’une lecture sémiotique de Gn 22. Les conclusions issues de cette lecture y sont le point de départ d’une relecture personnelle qui interroge les conditions d’une paternité ajustée sur la transmission de la vie. En amont s’indique cet "enseignement théologique" : il n’est de Parole de Dieu qu’accomplie dans la chair de qui l’entend, et l’accueille comme une promesse de vie.

Qui est le père ? - Anne Fortin

L’article d’Anne FORTIN (Professeur retraitée de la Faculté de Théologie et Sciences Religieuses, Université Laval, Québec) aborde la question de la paternité en référence à la filiation qui réfère Jésus, Verbe fait chair, à une Parole divine originelle dont il est à la fois l’icône et le transmetteur. L’article en développe l’incidence pour une compréhension de la paternité rapportée à la Parole, rejoignant ainsi sur le versant théologique l’approche anthropologique présentée par le texte de Jean-Yves Thériault.

Théologie, Bible et acte de lecture - Mise en œuvre à partir des récits dits d’apparition dans l’Évangile de Jean (20,1-31) - Etienne Pouliot

Pour présenter cet article d’Etienne POULIOT (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Université Laval – Québec, Canada), nous nous référerons à la conclusion qui en résume très précisément le projet : « Une lecture sémiotique des récits dits d’apparition du Ressuscité dans l’Évangile de Jean montre que des « déplacements » quant à des manières de voir, de penser et de se situer sont continuellement requis, de la part des disciples premiers témoins, pour (se) saisir un tant soit peu (en) cette rencontre du Ressuscité. Cela comporte une exigence, manifestée ou non dans le texte johannique, accomplie ou non dans le récit, de lire des signes. Cette exigence s’avère fondamentale et toujours instauratrice. Elle a lieu dans et par un corps signifiant/parlant ; elle y donne lieu. Car elle s’inscrit dans l’horizon d’une parole à entendre ou, si l’on préfère, d’une relation structurante. La démarche de lecture ainsi engagée, et son résultat bien sûr, permettent de problématiser le rapport entre Bible et théologie. Mon propos a cherché à répondre à la question de l’applicabilité de la Bible à la théologie et de la théologie à la Bible en exposant des déplacements à opérer dans la manière de les concevoir, de les mettre en œuvre et donc de les articuler. L’acte de lecture est apparu, en sa réflexivité critique et avec toute sa pertinence, comme l’axe en fonction duquel structurer ce rapport théologie-Bible, en raison de notre propre situation existentielle radicalement herméneutique et langagière. ».

Abonnez-vous !

Télécharger le formulaire d'abonnement à Sémiotique et Bible

Download
Télécharger le livret auditeurs libre en philosophie

Télécharger le bon de commande au numéro

Download
Télécharger le livret auditeurs libre en philosophie