Sémiotique et Bible n°114 - Juin 2004

Bulletin d'études et d'échanges publié par le Centre pour l'Analyse du Discours Religieux

Sommaire de la revue n°114

Une lecture du livre de Job (Ch. 1 à 7) – Louis Perrin

Louis PERRIN (CADIR-Lyon) propose ici une série des comptes-rendus rédigés d’une lecture suivie du livre de Job menée à Lyon par un groupe de lecture sémiotique. On trouvera ici un parcours des ch. 1 à 7. A travers le déploiement des situations narratives et des discours, on suivra dans cette lecture un parcours d’interprétation des figures, élaborant une cohérence pour la construction du sens. "Le livre de Job devient peu à peu un livre sur les conditions réelles d’une parole qui parle, bien plus qu’un livre sur la souffrance. Le malheur ainsi que la souffrance qu’il entraîne sont plutôt le dispositif mis en place pour que s’y trace les procédures de l’énonciation". Au fil du texte, un guide pour la lecture.

Philippe et l’Eunuque (Actes 8, 26-40) – Jean-Claude Giroud

Jean-Claude GIROUD (CADIR-Lyon) propose ici une lecture de ce court récit des Actes des Apôtres qui raconte la rencontre entre Philippe et l’Eunuque de la reine Candace. Un récit important à plus d’un titre. Située hors de Jérusalem, de la Judée ou de la Samarie, cette rencontre met en scène un étranger, et le travail de lecture de l’Ecriture. L’analyse sémiotique sensible aux « rugosités » du récit montre comment au cours de ce voyage, un double modèle est posé : celui d’un trajet qui fait aller de l’Ecriture à l’Evangile, et celui de l’acte de lecture que ce trajet nécessite. « Excursion » dans le récit des Actes, avant d’entrer dans le récit suivi des aventures de Paul, cette séquence indique déjà la destination à venir pour l’Evangélisation hors de Judée et de Samarie.

Dans son propre domaine : un bon samaritain. Lecture d’une eau-forte de Rembrandt – Jacques Maas et Nico Tromp

Jacques MAAS / Nico TROMP (Université Catholique d’Utrecht) proposent encore une fois pour Sémiotique et Bible l’analyse d’une oeuvre de Rembrandt. Appliquée à l’image, la lecture sémiotique permet de dégager des formes selon lesquelles s’articulent les figures du récitparabole. Au-delà d’une simple représentation de la scène racontée, au-delà d’une explication historique justifiant la présence de tel ou tel motif, la mise en parcours des figures permet leur interprétation au service d’un tout de signification articulé. La lecture montre ici comment l’eau forte de Rembrandt distingue et articule deux domaines, et comment le Bon Samaritain entre dans son propre domaine.

Figurativité, mise en discours, corps du sujet – Louis Panier

Le texte de cet article reprend un exposé présenté à Limoges par Louis PANIER (CADIR-LYON – UMR ICAR – CNRS-LYON2) dans le cadre du Congrès 2001 de l’Association Française de Sémiotique (Sémio 2001). On y trouvera quelques éléments de définition et de réflexion sur le statut sémiotique des grandeurs figuratives dans les textes, et sur leur place dans le dispositif de l’énonciation. Travaillées par la coupure entre l’énoncé et l’énonciation, les figures en discours sont le lieu d’une tension entre représentation, signification et instauration d’un sujet structuré par la langue. AU terme, c’est la question du corps et de son rapport au langage qui apparaît comme une question sémiotique.

Abonnez-vous !

Télécharger le formulaire d'abonnement à Sémiotique et Bible

Download
Télécharger le livret auditeurs libre en philosophie

Télécharger le bon de commande au numéro

Download
Télécharger le livret auditeurs libre en philosophie