Questions d'esthétique

  • Crédits ECTS : 2
  • Responsable : Monica VENTURI DELPORTE
  • Semestre 2

Prérequis pour le cours

Avoir suivi le cours Qu’est-ce qu’une œuvre? au premier semestre.

Objectifs

L’étudiant·e connaîtra les grandes lignes des courants esthétiques principaux.

Il/elle saura définir les concepts de la philosophie de l’art tels que le beau, le sublime, le goût, l’éthique, la subjectivité et l’objectivité du jugement, le rapport entre art, science et technique, etc.

Il/elle saura analyser une œuvre, un artiste ou un mouvement à la lumière des concepts fondamentaux mentionnés ci-dessus.

Il/elle saura développer une pensée critique sur les thématiques traitées.

Contenu

Le cours a pour objectif de donner des connaissances de la philosophie de l’art par le biais d’une approche problématisée, axée sur trois questionnements principaux :  quel est le rapport que l’art entretient avec la vérité ? avec la beauté ? avec la morale ?

Le cours suivra un déroulement chronologique. Notre point de départ sera les penseurs grecs (Platon, Aristote), suivis par les grands théoriciens tels Kant, Hegel, Nietzsche, Heiddeger, Adorno, Lyotard, jusqu’aux auteurs de la philosophie de l’art du XXe siècle (Benjamin, Eco). Une attention particulière sera accordée, en fin de cours, à l’esthétique contemporaine, en particulier à celle qui explore les trois concepts du beau, du vrai et de la morale à l’époque postmoderne (Jimenez, Guattari, Didi-Huberman)

Les théories de chaque auteur seront analysées à la lumière des trois questionnements susmentionnés afin de pouvoir mieux définir les concepts de beau, de vrai et d’éthique dans l’art, ainsi que leur évolution dans le temps.

De nos trois questionnements principaux découleront des axes sous-thématiques qui seront liés aux concepts du beau, du vrai et de la morale, tel le beau, le sublime, le goût, l’éthique, la subjectivité er l’objectivité du jugement, le simulacre, la copie, le rapport entre art, science et technique, etc.

Le cours se veut interactif et collaboratif, nourri par les échanges entre l’enseignante et les étudiant·e·s et entre étudiant·e·s eux-mêmes. Des activités de groupe et d’échange tels que des débats, des conversations, des activités de recherche seront mis en place en classe afin de dynamiser le cours et d’assurer davantage d’implication de la part de l’étudiant·e tout au long du semestre.

Références bibliographiques

  • PLATON, La République, Paris : Flammarion, 1966
  • ADORNO Theodor, Théorie esthétique, Paris : Klincksieck, 2011
  • HEGEL, Esthétique. Tome 1, Paris : Livre de Poche, 1997
  • SCHILLER Friedrich, Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, Paris : Aubier, 1999
  • KANT Emmanuel, « Analytique du beau », dans Critique de la faculté de juger, Paris : Flammarion, 2000 (GF)
  • DIDI-HUBERMAN Georges, Images malgré tout, Paris :  Minuit, 2004 (Paradoxe)
  • ZEIMBEKIS John, Qu'est-ce qu'un jugement esthétique ?, Paris : Vrin, 2006 (Chemins philosophiques)

Méthodes d’évaluation

Au moins un contrôle continu durant le semestre, et une évaluation terminale pendant la session d’examens.