• Culture,
  • Recherche,
  • Religions,

[COLLOQUE] Cent ans après le front de l’Est l’Arménie et le Levant entre guerres et paix

Publié le 8 novembre 2018 Mis à jour le 8 novembre 2018

Colloque international co-organisé par la Chaire d'Arménologie de la Faculté de Théologie.

Date(s)

du 9 novembre 2018 au 10 novembre 2018

Ajouter à mon agenda 09-11-2018 10-11-2018 40 [COLLOQUE] Cent ans après le front de l’Est l’Arménie et le Levant entre guerres et paix Colloque international co-organisé par la Chaire d'Arménologie de la Faculté de Théologie. Le vendredi 9 à la Bibliothèque municipale de Lyon
Le samedi 10 sur le Campus Carnot de l'UCLy
Lieu(x)

Campus Carnot

Le vendredi 9 à la Bibliothèque municipale de Lyon
Le samedi 10 sur le Campus Carnot de l'UCLy
Colloque international co-organisé par la Chaire d'Arménologie de la Faculté de Théologie, l'ADCARLY (Association pour le Développement de la Culture Arménienne dans la Région LYonnaise) et de nombreux partenaires.

L'armistice du 11 novembre 1918 n'a pas mis fin à tous les foyers de conflit de la 1re guerre mondiale qui s'est poursuivie sur le front de l'Est.

Les disputes et conflits territoriaux entre peuples issus des empires échus se sont poursuivis, parfois jusqu'à la Deuxième guerre mondiale au Proche Orient, et n'ont été gelés que par la soviétisation des trois républiques du Sud Caucase, pour ressurgir de plus belle après la chute de l'URSS.

Au levant, la promesse française d'un foyer national arménien en Cilicie avait mobilisé des milliers d'Arméniens volontaires venus des quatre coins de la planète se battre contre les forces germano-turques dans la Légion d'Orient de l'armée française créée en 1916 et rebaptisée Légion arménienne en janvier 1919. Elle fut dissoute en novembre 1920, lors du renoncement de la France à son mandat sur la Cilicie devant la montée de Mustapha Kemal.

Mais c'est au Sud-Caucase que le foyer national rêvé se réalise, avec la déclaration d'indépendance de l'Arménie le 28 mai 1918, parallèlement à celle de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan.

Tous trois, issus de l'empire russe, s'affrontent sur des questions territoriales et s'adressent à la Conférence de Paris pour faire reconnaître leurs frontières.

Comment les accords Sykes-Picot et les mandats du Levant ont façonné les destinées des peuples arménien, kurde et assyro-chaldéen, issus de l'empire ottoman ?

La légion arménienne de l'armée française a quasiment disparu de la mémoire collective nationale. Son évocation lors de ce colloque tentera de la sortir de l'angle mort de l'histoire contemporaine.

Il permettra de mettre en évidence l'impact des mandats de la France sur les événements majeurs de l'histoire contemporaine du Proche Orient, et celle de la Conférence de Paris au Sud Caucase.