La métamorphose de nos institutions publiques

Responsables

Olivier Frérot
DEA de pharmacologie
Consultant -Coopérateur

UEUPs dont fait partie ce cours

Contenu

Nos institutions publiques se sont édifiées sur les fondations philosophiques de la science et de la raison. En ce début de XXIe siècle, elles se fissurent sous l’effet de l’effondrement de la croyance au Progrès, des catastrophes environnementales, ainsi que de la découverte progressive de l’incomplétude radicale des mathématiques, donc de toute science et par conséquent de toute modélisation. Le problème semble structurellement insurmontable.
Un des signes les plus révélateurs de la métamorphose en cours est la disparition progressive de ce que nous appelons le Bien Commun. Nous ne comprenons pas pourquoi la machine publique, qui produisait globalement du bien pour nous tous, s’est enrayée.
Pour mieux nous repérer, nous devons interroger les fondements de la Modernité occidentale où s’enracinent nos institutions publiques, afin de comprendre leur infécondité actuelle. Dans cette recherche, nous voyagerons dans de nombreuses disciplines.


1. La métamorphose du Bien Commun, déclenchement de la réflexion
2. La dynamique de la Modernité
3. L’épuisement de la Modernité
4. La perte de raison d’être de nos institutions publiques
5. L’accélération de la dégradation de nos institutions publiques
6. Quand l’altérité renouvelle la fraternité

Bibliographie

Olivier Frérot : « Métamorphose de nos institutions publiques », 2016, Chronique sociale