XX-2 - Le corps à l'oeuvre (2015)

Créé le 29 février 2016

Sommaire

Philippe Abadie, La figure du Crucifié chez Marc Chagall
Il semble à première vue étonnant de rencontrer l'omniprésence de la figure du Crucifié chez un artiste juif comme Marc Chagall. En fait il serait faux d'y voir le Christ des chrétiens, quand il s'agit d'évoquer le martyr juif dans l'histoire. Aussi le Crucifié devient-il un leitmotiv tragique chez Chagall tant que dure le IIIe Reich allemand, de « La crucifixion blanche » contemporaine de la sombre nuit de cristal à « L'Apocalypse au lilas » qui traduit l'horreur des camps d'extermination nazis. La figure s'apaise durant l'ultime période chagallienne, sans perdre pour autant ce tragique qui accompagne le destin d'Israël tout au long du XXe siècle.

Simone Korff-Sausse, Le corps spirituel dans la clinique et l’art moderne
Les corps dans l'art moderne et contemporain sont sujets à des métamorphoses. Ces corps mutants ne sont pas si éloignés des corps malades, abîmés, souffrants, rencontrés dans une clinique de l'extrême. Cette sorte de déshumanisation du corps serait une manière paradoxale et subversive de traquer ce que l'humain a d'irréductible et de réintroduire ainsi la dimension de la spiritualité. Mais le corps mutant en question est d'abord celui de l'artiste. Ainsi l'intérêt du public, des galeries, des collectionneurs pour les expressions très subjectives et singulières de l'art brut correspondrait à un besoin de spiritualité dans un monde désincarné et désubjectivé.

Marc Chauveau, Le corps dans l’art au 20ème et 21ème siècle. Repères pour une chronologie.
Au 20ème et 21ème siècle dans leurs représentations des corps les œuvres témoignent, non sans distance critique, de l'époque où elles surviennent. Corps martyrisés des années de guerre, corps heureux de la société de consommation, corps effacés d'un monde en crise où l'exclusion s'accroit, corps vulnérable d'une époque inquiète de son avenir. L'article propose quelques repères pour cette chronologie. Les Otages de Jean Fautrier, bouleversante série de corps martyrisés. Andy Warhol ou Martial Raysse, chez qui le corps apparaît comme un élément reproductible en série et assimilable aux objets de la société de consommation. Jean-Marc Cerino, qui évoque un corps s'effaçant peu à peu et tente de dire ainsi l’exclusion d’êtres humains devenus imperceptibles dans nos sociétés occidentales. Ron Mueck qui, en dépit du progrès, donne à voir la vulnérabilité des êtres humains par des corps sans artifices.

Michel Durand, Le corps et le sacré dans l'art actuel. Quand les artistes contemporains me donnent à sentir le sacré du monde
Dans l’actuel monde, pour que le contemporain, majoritairement hors Église, se sente invité, le corps glorieux, spirituel, ressuscité ne peut marteler seulement notre sensibilité en injectant des traits lumineux qui jailliraient directement du cœur de Jésus. Pour que le corps contemporain entre dans le domaine du sacré, il ne faut pas qu’il s’impose dogmatiquement, mais il faut au contraire qu’il garde contact avec les humiliations subies dans et par l’humanité.

Summaries

Philippe Abadie, The shape of the crucified with Marc Chagall
At a first look it seems astonishing to meet the omnipresent face of the Crucified One with a Jewish artist like Marc Chagall. In fact it would be wrong to see the Christ of the Christians when it concerns the martyr of the Jewish people in history. Thus the Crucified One becomes a tragic leitmotiv with Chagall as long as the German third Reich lasts, from the “white crucifixion” contemporary to the dark night of crystal to the “Lilac Apocalypse” which illustrates the horror of the Nazi extermination camps’. The figure becomes appeased during the ultimate chagallian period, without however losing this tragic aspect which goes along with the destiny of Israel throughout the 20th century.

Simone Korff-Sausse, The spiritual body in private hospitals and modern art
In contemporary and modern art, bodies are subjected to metamorphosis. These mutant bodies are not so far away from sick, damaged, suffering bodies that are to be met in private hospitals of extreme cases. This kind of dehumanization of the body appears to be a paradoxical and subversive way to hunt for what the human has as an irreducible character and thus to reintroduce the dimension of spirituality. But the mutant body in question is first that of the artist. Thus the interest of the public, galleries, collectors for the very subjective expression of raw art would correspond to the need for spirituality in a disembodied world without subjectivity.

Marc Chauveau, The body in 20th and 21st century art. Markers for a chronology
In the 20th and 21st century when representing bodies, works of art illustrate the time they occurred, albeit not without a critical distance. Maimed bodies of war times, happy bodies of the consumer society, and obliterated bodies of a world in crisis where exclusion increases, vulnerable bodies of an epoch worried about its future. The paper proposes a few marks for this chronology. The Hostages by Jean Fautrier, a shattering series of martyred bodies. Andy Warhol or Martial Raysse, with whom the body appears as an element which is reproducible in mass and comparable to objects of the consumer society. Jean-Marc Cerino who calls up a body which is slowly obliterated and thus attempts to put forward the exclusion of human beings who can no longer be seen in our western societies. Ron Mueck, who despite progress, shows up human vulnerability through bodies without artifice.


Michel Durand, The body and the sacred in present art. When contemporary artists are leading me to feel the sacred part in the world
In the present world in order for the contemporary man, (in majority outside the Church), to feel invited, the glorious spiritual resuscitated body can only hammer our sensitivity through beams of light directly flashing from Jesus’ heart. In order for the contemporary body to enter into the field of the sacred it must not impose itself dogmatically, but on the contrary it must keep in touch with the humiliations suffered in and through humanity.