126 - "Confiance c'est moi ! " Fiabilité et non-fiabilité des narrateurs bibliques

Créé le 14 décembre 2016

Avec le roman réaliste surgissent des narrateurs à la fiabilité douteuse.
Des romanciers se sont ingéniés à raconter des histoires à travers le prisme de narrateurs dont les perceptions ou les valeurs s’écartent des normes communes. L’analyse de ce phénomène littéraire s’est développée dans les recherches germaniques et anglosaxonnes, mais peu jusqu’à ce jour dans la sphère francophone. Monika Fludernik
offre, dans ce volume, un panorama des études les plus contemporaines sur le sujet.
Comment ces travaux rejaillissent-ils dans les études bibliques ? Nés bien avant le roman réaliste, les récits bibliques ont été composés alors que se développait la rhétorique, l’art de persuader. Les narrateurs bibliques sont en quête de crédibilité.
Corinne Lanoir et Guy Bonneau mettent au jour les ressorts par lesquels, respectivement, le livre du prophète Amos et les évangiles de Luc et de Jean construisent leur crédibilité.
De son côté, Michel Berder consacre une étude fi ne à L’Ombre du Galiléen de Gerd Theissen. La fiabilité des narrateurs est au coeur de ce roman, qu’il s’agisse du narrateur biblique ou de l’exégète-narrateur.
L’ouvrage réunit les conférences données lors du symposium du Réseau de recherche en narratologie et Bible à Lyon en 2013.

Ont collaboré à cet ouvrage : Michel Berder (Institut catholique de Paris), Guy Bonneau (Université Laval - Québec), Jacques Descreux (Université catholique de Lyon), Monika Fludernik (Université Albert Ludwig - Freiburg im Brisgau) et Corinne Lanoir (Institut protestant de théologie - Paris).
  • Auteur(s)
    Jacques DESCREUX (dir.)
  • Éditeur
    Profac-Théo Faculté de Théologie - UCLy