Les retournements de la parole.- Comment l’invective devient credo (2 s 6, 20-23)

Créé le 10 mars 2015

Revue Sémiotique et Bible

Le phénomène décrit par cet article de Philippe Lefebvre (Université de Fribourg, Suisse) a été analysé par François Martin sous le nom d'« anamorphose ». Ce terme, emprunté au vocabulaire de la peinture, désigne en sémiotique le retournement que peut opérer une parole « dans tous ses états », « parce qu'un même énoncé peut être entendu dans un sens ou dans un autre, parce qu'il peut contribuer à accabler un homme ou à le révéler dans sa vérité. Tout dépend en fait de celui qui entend: David, son entourage, le lecteur de cette page lui-même. » Il serait possible d'ajouter : tout dépend du lieu dans lequel on entend. Quand Mikhal entend David, « est-ce devant le Seigneur ou est-ce en tant que fille de Saül »?

  • Dates
    Paru le 10 mars 2015
  • Auteur(s)
    Philippe Lefebvre
  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n° 157