Diplôme d'Université Gestion des conflits, Médiation et Interculturalité

Informations générales

Niveau de recrutement
Bac + 3
Conditions d'admission
Durée de la formation
De novembre 2017 à avril 2018, à raison de deux jours consécutifs par mois
Stages
Non
Coût de la formation
Formation individuelle : 1212€ Formation continue : 2130€ En savoir plus

Il s’agit d’une formation professionnalisante dont la vocation est de :

  • Répondre à la demande sociale de la prise en compte de l’interculturalité par lesdifférentes instances politiques, judiciaires et administratives ;
  • Répondre à la demande de formation des professionnels de l’éducation, de la santé et de l’entreprise, sur la problématique des conflits interculturels ;
  • Répondre à la demande des acteurs de la société civile (associations, ONG…)

Objectifs

Il s’agit d’une formation à dominante juridique, axée sur les enjeux culturels sociétaux, à l’issue de laquelle les participants auront développé des compétences juridiques et anthropologiques dans le domaine de l’interculturalité, mais aussi des capacités de médiation et de gestion des conflits à caractère culturel.

Publics

Niveau de recrutement : Bac + 3


Formation(s) requise(s)

  • Titulaires d'un diplôme équivalent à Bac + 3
  • Au titre de la formation continue, toute personne à la recherche d'une spécialisation de ce type

Conditions d'admission

Dossier et entretien avec un responsable de la formation

Télécharger le dossier de candidature

Inscription

Nombre de places : 25
Date limite de dépôt des candidatures : 29 septembre 2017

Coût de la formation :

Formation individuelle : 1212€ Formation continue : 2130€

I. COURS THEORIQUES

1. Droit international et diversité culturelle

Nombre d’heures : 14h

Argument :
La diversité culturelle constitue une richesse incomparable pour l’humanité. Elle représente aussi un enjeu, et ce particulièrement pour les Etats qui se trouvent parfois désemparés lorsqu’il s’agit de répondre à cette diversité dans une même société. Peut-on se contenter de prendre acte de la diversité ? Comment préserver les droits fondamentaux individuels et collectifs dans le respect des spécificités culturelles ?


2. Approche philosophique et anthropologique de l’interculturalité


2.1 Approche philosophique

Nombre d’heures : 12h

Argument :
La mondialisation tend à unifier la planète, mais a pour effet tout aussi immédiat de confronter les unes aux autres les diversités culturelles constitutives de l’humanité. Comment faire pour que l’unification ne soit pas en son mouvement même, négatrice de la diversité ? Comment faire, en sens inverse, pour que la reconnaissance de la diversité permette la recherche de « biens communs » ? Entre séparation et confrontation, quel dialogue instaurer ?

Cette approche se déclinera en trois thèmes :
  • 1er thème : La question du Même et de l’Autre, par Emmanuel D’HOMBRES
Il s’agira d’abord de rappeler combien la question du Même et de l’Autre est une vieille
question de philosophie de la connaissance et de philosophie de la nature (Héraclite,
Parménide, Platon).
Il s’agira ensuite d’appliquer cette question du Même et de l’Autre à la question culturelle,
par des références à diverses approches théoriques :
- L’autre comme radicalement autre (relativisme culturel)
- L’autre comme un autre soi-même (universalisme abstrait, évolutionnisme culturel)
- Soi-même comme un autre (Cl. Lévi-Strauss, Charles Taylor, Paul Ricoeur)
  • 2eme thème : Diversité culturelle et éducation par Yan PLANTIER
La culture est ce long détour par lequel un homme passe pour que l’humanité prenne forme dans le sujet qu’il est. Nous aborderons le terme culture sous ses trois acceptions : ontologique, ethnologique et classique ;

En entendant bien ce qu’est la culture, on entend mieux ce qu’est l’éducation qui doit mettre en relation le sujet et l’universalité humaine. Il s’agit de former des citoyens à la reconnaissance de la diversité et au vivre ensemble.
  • 3eme thème : Le Vivre ensemble par Roger KOUDE
Il s’agit de traiter de cette question du « Vivre ensemble », à partir d’une triangulation « Individu - Société – Pouvoir », l'enjeu étant la garantie du respect de la diversité dans la société (identités singulières et identités collectives).
- Si l'homme (individu) est avant tout un être doté d'une conscience réflexive (Socrate), est-il fondé de le réduire à une culture, c'est-à-dire à une construction historique, au détriment de toute autre considération?
- Si la société est une association politique d'hommes libres et égaux (Rousseau), en droits et dignité, comment garantir à chaque associé le respect de sa personne et de ses biens (matériels et immatériels) tout en préservant le Bien commun?
- Enfin, si l'Etat est res publica (Bien commun donc), peut-il faire allégeance à une culture ou à une religion particulière tout en excluant de l'espace public d'autres expressions culturelles ou religieuses ?


2.2 Approche anthropologique : unité de l’homme et diversité des cultures

Nombre d’heures : 8h
 
Argument :
Cet enseignement a pour objectif une réflexion sur la construction de l’identité, inséparable de l’altérité. Il s’agit d’appréhender l’unité de l’homme à la lumière de la diversité des cultures. A travers une pensée de type scientifique de l’homme sur lui-même, la démarcheconsistera à interroger le rapport à l’autre ainsi que les concepts qui permettent de le penserou de le nier dans un contexte d’interculturalité.
 

II. COURS PRATIQUES


1. Conflits culturels et processus de médiation, de conciliation et d’arbitrage

Nombre d’heures : 20h

Argument :
Nous vivons un contexte marqué par la pluralité des cultures qui s’accompagne parfois de tensions communautaires qui interpellent les sociétés. Il s’agira de rechercher dans les traditions ainsi que dans l’actualité, les mécanismes ou les possibilités à partir desquels opèrent la médiation, la conciliation et l’arbitrage. Comment ces mécanismes peuvent-ils compléter utilement les procédés juridictionnels ou administratifs, mis en place par les Etats pour assurer la gestion des conflits où les paramètres culturels, religieux, linguistiques ou autres sont parfois déterminants?


2. Familles, personnes et cultures

Nombre d’heures : 12h

Argument :
Il s’agira tout d’abord de présenter les différentes conceptions de la famille dans les cultures chinoise, africaine subsaharienne, maghrébine et européenne. Seront abordés plus particulièrement les exemples du mariage et de la filiation. Puis nous nous interrogerons sur les formes de réinterprétation des pratiques traditionnelles, en particulier à travers le « mariage halal », catégorie permettant de penser la formation conjugale parmi les jeunes français d’origine maghrébine. Enfin, nous évaluerons le degré de différence à partir duquel la diversité culturelle est à prendre en compte dans l’élaboration des lois nationales et internationales ainsi que dans les décisions de justice.


3. Les enjeux de l’interculturalité dans l’éducation

Nombre d’heures : 8h

Argument :
Enseigner dans un contexte interculturel requiert un certain nombre de conditions qui constituent un changement significatif dans la pratique courante de l’enseignant. Nous privilégierons deux axes :
  • celui de la relation pédagogique et didactique avec les élèves d’origine culturelle différente,
  • celui de la relation avec les parents de ces élèves.
Ceci doit nous permettre de mieux appréhender les dimensions particulières et les savoirs spécifiques sollicités par cette pratique.


4. Santé publique, soins et diversité culturelle

Nombre d’heures : 12h

Argument :
Après une introduction relative aux représentations de la maladie et des soins dans les différentes cultures, ce cours pratique aura pour objectif, à partir d’études de cas, d’analyser les trois thématiques suivantes :
  • Accès aux soins et diversité
  • Prise en compte des cultures et religions dans l’accompagnement des patients
  • Gestion des conflits culturels au sein des établissements de santé


5. Management et interculturalité

Nombre d’heures : 8h

Argument :
Ce cours portera sur l’analyse de l’interculturel dans des situations de management au sein d’entreprises nationales ou internationales. Il aura trois objectifs principaux :
  • L’identification du contexte interculturel d’un point de vue anthropologique ;
  • L’identification des compétences au sein d’un groupe multiculturel, l’adaptation et lavalorisation de ces compétences ;
  • La proposition de modalités de résolutions des conflits interculturels, l’accompagnement de prise de décisions et l’élaboration des stratégies afférentes.
NOMBRE TOTAL D’HEURES DE COURS : 94 H

Modalités d'évaluation

Dossier thématique en rapport avec une activité professionnelle du candidat (30 pages, soit 50h de travail personnel).

Spécificités

Cette formation peut être suivie dans le cadre d’un parcours modularisé.

Compétences visées

Développement des compétences juridiques avec une prise en compte des paramètres et des enjeux culturels.