Les deux Bêtes et l’Agneau égorgé. Apocalypse 13

Revue Sémiotique et Bible

Résumé :

Jean-Pierre DUPLANTIER (CADIR-AQUITAINE) propose une lecture du ch. 13 de l'Apocalypse. Quel lien figuratif fait tenir ensemble dans le discours de l'Ap les deux bêtes et l'agneau égorgé ? Pour répondre à cette question, il convient de reprendre dans l'ensemble du corpus biblique le fil de certains parcours et de certaines configurations organisant l'espace, le temps et les acteurs. Mais pour ce qui est du signe de l'égorgement, il peut désigner - comme marque pour la sanction - la nature d'un affrontement : de même que la Bête appartient au signe du Dragon et en déploie l'une de ses dimensions, de même tous ceux dont le nom est écrit, depuis la fondation du monde, dans le livre de Vie de l'Agneau (Apoc., 13,8) appartiennent au signe présent auprès du trône de Dieu, à savoir l'agneau debout et égorgé. L'agneau devant Dieu n'est pas le Christ, au sens du moins où le Christ « n'est pas un petit mouton ». L'agneau est d'abord un représentant dans l'espace du trône de celui qui a, et lui seul, compétence pour ouvrir le livre. À la fin, il sera l'époux de l'épouse dans le nouveau ciel et la nouvelle terre. Cette sorte de signifiant pose comme une borne au-delà de la porte du ciel, à la fois décisive et inaccessible, représentant l'entrée sur la terre de ce que nous appelons la parole, ou logos, cette fois-ci non plus dans des Ecritures, mais dans un corps. L'analyse de figures détermine un ressort nouveau à la lecture de l'Apocalypse. Auprès de Dieu et de son trône, l'agneau debout comme égorgé n'est pas une référence à l'acte historique de la crucifixion de Jésus-Christ, mais la représentation des deux points insaisissables qui maintiennent vivante et désirante la chaîne signifiante qui tourmente l'homme, tout au long de son passage par-dessus la vie : la vie qu'il croit connaître et celle de fils de Dieu qui lui vient.

  • Dates
    Paru le 10 décembre 2007
  • Auteur(s)

    Jean-Pierre Duplantier

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n°128