Le tout et les parties. Une philosophie des réseaux d'interactions en biologie

Revue THÉOPHILYON

Résumé :

Le rapport entre les parties et le tout dans l'organisme vivant est une question philosophique dès l'Antiquité. Le lien de nécessité entre les parties et le tout au sens d'Aristote, se prend du côté des constituants matériels, voire du côté d'individus appartenant à une société politique. Cette nécessité des parties ne répond pas au sens strict à la causalité formelle qui supposerait l'arrangement et l'organisation de ces mêmes parties. Aristote a mis en valeur l'irréductibilité du tout aux parties, irréductibilité qui se retrouve sous d'autres formes, dans les approches modernes de la totalité biologique. Ce cadre conceptuel étant posé, l'article examine comment les spécialistes de modélisation biologique analysent aujourd'hui l'émergence de la vie organique, la production de  « beaucoup » à partir de « peu ». C'est dans la dialectique du tout et de la partie que s'intègrent les tentatives de modélisations et de simulations du vivant. Les réseaux représentent alors une opportunité pour rendre compte des interactions du vivant vu comme système et décrire ses états d'équilibre, son évolution, y compris au niveau moléculaire. Summary : The whole and the parts. A philosophy of the networks of interactions in biology The relationship between the parts and the whole in a living organism has been a philosophical issue since Antiquity. The necessary link between the parts and the whole as Aristotle understood it is to be found from the material constituents, even perhaps from the individuals belonging to a political society. This necessity of the parts does not answer, in its strict meaning, the formal causality which would imply the arrangement and the organization of these same parts. Aristotle set off the irreductibility of the whole to the parts, which can be found in other forms, in the modern approaches of the biological totality. Once this conceptual framework has been set, the article examines how the specialists of biological modelling analyse to-day the rise of organic life, the production of much from little. In the dialectic of the whole and the part are integrated the attempts at modellisation and simulations of life. The networks offer then an opportunity to reveal the interactions of life as a system and describes its states of balance, its evolution, also at the level of the molecule.

  • Dates
    Paru le 30 juin 2007
  • Auteur(s)

    Olivier Perru

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    Tome XII - Vol.2 - Le monde en réseaux