La question de l’universalité chrétienne entre Occident et Orient

Revue THÉOPHILYON

Résumé :

La question de l'universalité chrétienne est souvent traitée dans le milieu théologique occidental ces dernières années. C'est sans doute par besoin d'assurer la pertinence de l'universalité du christianisme dont l'image sociale est devenue incertaine à cause du défi de la modernité et des autres religions. Pour le milieu non-occidental, cette question évoque plutôt la volonté hégémonique' de jadis et provoque une réaction de repli dû à la confusion entre universalisme et globalisation - la globalisation étant incapable de respecter les particularités bien qu'elle implique une dialectique des principes opposés, global et local. Face à ces appréhensions, nous devons rappeler d'une part que l'universalité chrétienne est une valeur qui ne peut être acquise définitivement. D'autre part, il faut se garder de se fonder sur une logique de défense identitaire. La pluralité est un facteur constitutif de la perspective chrétienne. La dynamique de la foi christique donne une cohésion nouvelle à des éléments culturels sans détruire leur particularité. Dans le contexte asiatique, le message évangélique traverse, selon le principe incarnationel, la couche culturelle forgée d'une vision plutôt holistique et immanente. En faisant place aux discours qui proviennent de ce milieu, n'apprendra-t-on pas à écouter le Verbe qui maintient le christianisme ouvert à sa valeur universelle, et ainsi cette valeur peut offrir des appuis pour combattre les dommages liés à la globalisation ?

  • Dates
    Paru le 30 juin 2005
  • Auteur(s)

    Agnès Kim - Mi-jeung

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    Tome X - Vol.2 - Le christianisme dans les cultures