La mort d’Ananie et Saphire (Actes 5, 1-11)

Revue Sémiotique et Bible

Avec cet article de Jean-Pierre DUPLANTIER (CADIR-Aquitaine) s'achève la publication des communications données lors du colloque tenu au CADIR en avril 2007 sur les Actes des Apôtres (cf. S&B, n° 134, juin 2009). Le récit de la mort d'Ananie et Saphire résiste à une lecture immédiate, tant il vient perturber l'image un peu idyllique que les lecteurs se font de l'église primitive et tant la condamnation qui frappe le couple paraît insupportable. L'article analyse de dispositif du dépôt des biens aux pieds des apôtres, manifesté à plusieurs reprises dans ce début du livre, en montre en quoi le comportement d'Ananie et Saphire peut y faire écart et comment est introduite une pluralité de points de vue, comme si un même événement était raconté selon trois spectateurs différents, Ananie, Pierre et Saphire ; et que l'un d'eux, Pierre, faisait état d'une perception totalement décalée avec le cours du récit ... et les habitudes des lecteurs. Il introduit en effet des acteurs insolites, Satan et l'Esprit Saint, ainsi que des opérations étranges : qu'est-ce que remplir le cœur d'un homme', lorsque c'est Satan qui s'en occupe ? Qu'est-ce que mentir l'Esprit Saint' ? L'épisode d'Ananie et Saphire s'avère alors être le lieu d'une confrontation entre deux perspectives, ou deux projets : « Ce n'est pas le couple qui est frappé, c'est l'Église, dont l'un et l'autre sont membres, qui est conduite au-delà de ses représentations ».
  • Dates
    Paru le 10 septembre 2009
  • Auteur(s)

    Jean-Pierre Duplantier

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n°135