Jacques Geninasca : un modèle de sémiotique littéraire (2)

Revue Sémiotique et Bible

Résumé :

Pierre SADOULET poursuit dans cet article la présentation du modèle de sémiotique littéraire de Jacques Geninasca. La lecture de ces pages sera d'autant facilitée que le recueil d'articles de Jacques Geninasca que nous n'avions annoncé, La Parole littéraire vient de paraître aux Presses Universitaires de France, dans la collection « Formes Sémiotiques » dirigée par Anne Hénault. Le lecteur pourra donc s'y reporter pour approfondir les notions que nous présentons ici. Il est évident  que chaque fois que ce sera possible, nous donnerons en illustration le texte exacte publié dans ce recueil et la référence de l'extrait donné (abréviation : P.L.).

Ce deuxième article continuera l'exploration du modèle de sémiotique des ensembles signifiants prôné par Jacques Geninasca, en proposant d'abord une première analyse d'un poème de Jacques Dupin, afin de donner une illustration concrète de la pratique herméneutique qu'elle présuppose. On définira à cette occasion la notion de rationalité.

Puis il envisagera ce qui fait l'enjeu de la rationalité mythique qui règle les discours littéraires. Tout, dans le discours littéraire, tourne autour de la relation du sujet au monde à travers l'axiologie et la modalité épistémique du croire - qui ne doit pas être confondu avec l'exposé inférentiel d'une croyance, ou d'une foi dogmatique. Dans l'acte énonciatif propre au discours littéraire, le Sujet - ou plutôt la compétence d'énonciateur que présuppose le discours - joue, d'une certaine façon, sa relation de sens avec le monde, à travers les opérations sémiotiques qui établissent la cohérence discursive d'un discours esthétique.

  • Dates
    Paru le 10 septembre 1997
  • Auteur(s)

    Pierre Sadoulet

  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n°87