Genèse 4-5: Caïn et Abel – Quand s’engage la « génération »

Créé le 10 décembre 2016

Revue Sémiotique et Bible

L’article de J.-C. GIROUD (CADIR-Lyon) scrute à présent les ch. 4-5 du livre de la Genèse, en quête de la façon dont ils déploient les fondements de la génération humaine. La question se noue autour de la place du frère, cet « "autre" différent, différencié, non assimilable à soi-même ». Cette altérité est inhérente à l’identité du sujet humain, d’autant qu’en deçà s’indique la place fondatrice d’un Tout Autre. En la récusant c’est donc à lui-même qu’attente Caïn, et sa lignée gardera l’empreinte de cet attentat. La reprise, avec Seth, des « enfantements d’Adam » réouvre toutefois dans la génération une lignée bien différente, car référée de façon juste au paradigme créateur. C’est dans cette lignée – on pourrait la nommer, par différence avec l’autre, « filiation » – qu’adviendra « Jésus Christ, fils de Seth, d’Adam, de Dieu » (Lc 3,38).
  • Dates
    Paru le 10 décembre 2016
  • Auteur(s)

    Jean-Claude Giroud


  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    n°164