Témoignage Alain Andrieux - DU philosophie de l'ostéopathie

Publié le 23 mars 2016 Mis à jour le 21 juillet 2017
1)    Comment avez-vous eu connaissance du DU « Philosophie de l’ostéopathie » ?

J'ai eu connaissance de l'existence du DU Philosophie de l'ostéopathie par la présentation de JM Gueulette lors de l'assemblée générale de l'UFOF en 2015.

2)    Pourquoi vous êtes-vous inscrit à cette formation ?

j'ai acheté et lu son livre : "L'ostéopathie, une autre médecine" que j'ai apprécié pour son objectivité et la qualité de son écriture et j'ai souhaité m'inscrire avec l'arrière pensée que cette formation pourrait me donner la stimulation nécessaire à l'écriture dont j'ai envie depuis un certain nombre d'années.

3)    Que vous apporte cette formation par rapport à votre formation initiale d’ostéopathe ?

Cette formation m'apporte un certain nombre de clarification dans de nombreux domaines connexes à l'ostéopathie tels que sciences, recherche, perception, éthique etc.

4)    Y a-t-il déjà pour vous une forme de mise en application de ce que vous travaillez au DU dans votre quotidien d’ostéopathe ?

Les questions que je continue à me poser sont éclairées différemment

5)    Que pensez-vous de l’articulation entre réflexion philosophique et travail pratique durant la formation ?

Cette articulation est une très bonne chose même s'il y manque un peu de temps. Il serait intéressant aussi de pouvoir confronter les pratiques et en discuter. Peut-être ce temps là sera-t-il disponible lors de la Summer School ?

6)    Comment cette formation vient questionner votre activité professionnelle ?

Essentiellement sur le plan éthique. Être toujours au plus près de ce qui est juste

7)    Lors des sessions, quelle est la thématique qui vous a le plus marqué et pourquoi ?

La thématique de la perception et l'apport extrêmement riche de M. Merleau Ponty avec son concept du corps propre qui a donné un renfort théorique au ressenti qui justifie ma pratique.

8)    Que souhaitez-vous dire à des ostéopathes qui découvrent l’existence de cette formation ?

Je souhaite leur dire qu'il y a beaucoup à apprendre, que la peur d'une remise en question doit être chassée d'un revers de main et qu'il n'est jamais trop tard pour évoluer et progresser dans un métier que l'on aime passionnément. Si ce n'est pas le cas, bien sûr, il vaut mieux s'abstenir.