• Éthique,
  • Santé,

Cycle de conférences - Les vertus du soignant

Publié le 17 juillet 2018 Mis à jour le 17 juillet 2018
Nous avons commencé l’an passé à explorer cette manière originale d’envisager l’éthique des métiers du soin, qui permet de se concentrer sur le sujet soignant et non sur ses actes. Devant l’intérêt que ces conférences ont suscité, nous avons décidé de poursuivre cette année la réflexion sur les vertus du soignant en nous consacrant à trois d’entre elles : la force, la prudence et la patience. Les deux premières forment (avec la tempérance et la justice) dans la morale classique les « vertus cardinales », celles auxquelles toutes les autres vertus se réfèrent d’une manière ou d’une autre. Les soignants les mettent nécessairement en oeuvre dans leur agir, mais avec des tonalités spécifiques à l’acte de soin. Faire preuve de force peut-il être respectueux et bienfaisant pour le patient ? La prudence consiste-t-elle
à ne prendre aucun risque thérapeutique ? La patience oblige-t-elle à accepter sans rien dire tout comportement de la part du patient ? Comme toujours en éthique, il va nous falloir penser la complexité !
 

La patience

Jeudi 15 novembre 2018 - 18h30-20h30
Yan PLANTIER, Philosophe, CIE

Ce n’est pas de la patience du « patient » dont nous souhaitons parler, mais de la patience du soignant. Car si endurer la souffrance d’un autre constitue une redoutable épreuve, cela relève aussi d’une disposition humaine et professionnelle qui attend d’être formée, accompagnée et soutenue. Encore faut-il parvenir à revisiter le sens d’un tel apprentissage et d’une telle expérience…
 

La prudence : discernement et discrétion

Jeudi 22 novembre 2018 - 18h30-20h30
Lorraine GRAVEREAU, Docteur en psychologie humaniste, psychologue clinicienne. Enseignante à l’École de Psychologues Praticiens- Paris.

La pratique d’écoute et de soutien d’un patient en souffrance doit générer des précautions particulières, tant diagnostiques que thérapeutiques. La prudence d’analyse ainsi que la délicatesse du rapport à l’intimité de l’autre ne sont pas couvertes par la notion de secret professionnel, ni même par l’expérience d’études en psychologie.
 

La force

Jeudi 6 décembre 2018 - 18h30-20h30
Jean-Marie GUEULLETTE, médecin et théologien, CIE

Dans la philosophie morale classique, la force est la vertu qui permet non seulement de résister dans l’épreuve, à la façon du courage, mais aussi et surtout de continuer à désirer dans la difficulté. En effet si un désir, un projet s’effondrent dès que l’on rencontre un obstacle, il est impossible d’avancer ou de construire quelque chose. Que devient ce « désir dans la difficulté » chez les soignants ? S’agit-il de désirer ce que l’on considère comme le bien du patient contre l’avis de celui-ci ? Sans doute pas. Et pourtant dans des moments de grande vulnérabilité, le patient a besoin de pouvoir prendre appui sur la capacité des soignants à croire en la valeur de sa vie, en son avenir.

 

Tarifs :

  • Pour une conférence :
- Individuel : 15€
- Étudiants : 8€
 
  • Pour le cycle complet :
- Individuel : 30€
- Étudiants : 15€

Formation continue : 75€ pour l'ensemble du cycle