Témoignage : Ophélie Bettiol, titulaire du Master 1 droit privé option droits de l'enfant

Publié le 19 mars 2015 Mis à jour le 27 avril 2016

Ophélie Bettiol, 24 ans, a réalisé le master 1 droit privé parcours carrières judiciaires option droits de l'enfant (aujourd'hui devenu Master droit privé parcours droits de l'enfant et des personnes vulnérables) en 2013. Découvrez son parcours...

Quel cursus avez-vous effectué à l'Université catholique de Lyon et plus précisément à l'ISF ?

Avant l'Université Catholique, j'ai effectué une Licence en droit privé à Lyon 3, puis une année hors cursus universitaire aux Etats-Unis en tant que fille au pair où j'ai amélioré mon anglais et réalisé un stage en Law Clinic spécialisée en droit de la famille.
J'ai poursuivi mes études en master 1 droit privé à Lyon 3. L'année a été très difficile, j'ai validé mon M1 de justesse, ce qui ne m'a pas permis d'avoir un dossier convenable pour entrer en M2. Je me suis donc tournée vers l'Université Catholique de Lyon, où l'ISF proposait un Master 1 droit privé option droits de l'enfant.

Où êtes-vous aujourd'hui ?

Suite à mon Master 1 à l'ISF, j'ai été acceptée en Master 2 "Carrières juridiques internationales et européennes" à l'Université Pierre Mendès France de Grenoble.
Le stage de fin d'études à effectuer est totalement libre: il doit se faire à l'étranger de préférence, de 4 à 6 mois. Pour ma part, j'ai obtenu un stage en Délégation de l'Union Européenne pour le Pacifique à Fiji, du 29/03/2015 au 30/09/2015.

Les missions consistent principalement à créer une agence des droits de l'Homme à Fiji avec des fonds en provenance de l'Union Européenne. Je suis affectée à la section économique en partenariat avec la section politique de la Délégation. Le stage s'effectuera en anglais. Les tâches se situent dans le domaine des droits de l'Homme, recherches sur l'Etat de droit et la gouvernance, comment faciliter l'accès de la population aux droits, informer la population de ses droits, etc.

La Délégation m'a proposé d'ajouter des tâches qui m'intéressent particulièrement : je me suis créé un focus sur les droits de l'enfant et les droits des femmes (accès aux droits, état du droit selon les moeurs de la société etc).
Je suis aussi tutrice pour les étudiants de L1 où je donne des cours de 2h en méthodologie, en droit civil, en histoire du droit et droit constitutionnel (corrections de partiels et entraînements en classe de petits effectifs).


Pensez-vous que le Master de l'ISF vous ait donné un bagage solide pour vous permettre de commencer sereinement dans la vie active ?

En M1 de l'ISF, l'enseignement "droit international des droits de l'enfant" m'a particulièrement intéressé et déjà dans mon précédent M1, je souhaitais obtenir un cursus en droit international et européen.

Je pense que le Master de l'ISF permet avec ses petits effectifs de travailler efficacement, d'être proche des enseignants à qui l'on peut demander du soutien. Pour ma part, mon but était d'obtenir un Master 2 à la fin du Master 1, et la configuration de la classe et du Master de l'ISF m'a grandement aidée. Pour ma part, le droit international et européen m'intéressait bien plus que les enseignements de droit interne, ce pourquoi j'ai grandement apprécié le cours de droit international des droits de l'enfant de Mme Boucaud, aujourd'hui Directrice de la Chaire Unesco. Cette matière mais aussi l'intitulé du M1 en général attire l'attention des enseignants ou collègues de Master 2 dans le sens où c'est un Master unique en son genre. Je pense qu'il m'a permis d'avoir un profil particulier qui désormais intéresse grandement lorsque l'on est diplômé de droit international et européen: toutes les ONG ou organisations internationales qui existent et mettent en avant les droits de l'enfant sont en recherche de profils particuliers d'étudiants ayant pu avoir une connaissance préalable de textes comme la Convention Internationale des droits de l'enfant, ou une connaissance des problématiques liées à l'enfant en droit international (enfants et conflits armés; droit des étrangers appliqué aux mineurs...).

Pourquoi avoir choisi l'Université catholique de Lyon et plus précisément ce Master ?

Pour l'option "droits de l'enfant" unique en son genre, pour la configuration de la classe et pour tenter d'obtenir un M2 suite au M1.

Auriez-vous un conseil pour les étudiants qui seraient intéressés par votre formation ?

Le conseil serait de se créer un profil atypique: au final, en suivant les sentiers balisés, beaucoup d'élèves sortent avec le même profil. Je suis contente d'avoir osé franchir les portes de l'Université catholique en choisissant une option "atypique" qui m'a finalement aidé dans le domaine du droit international et européen en ayant un profil "droits de l'enfant".

Avoir recommencé un Master 1 m'a permis d'améliorer mes connaissances juridiques et ma méthodologie, et obtenir des moyennes plus que convenables pour obtenir un Master 2 dans un domaine que je souhaitais.