Deux traducteurs d’Ambroise au XVIIe siècle

Revue THÉOPHILYON

Résumé : Deux questions sont étroitement associées dans cet article : celle de la traduction et celle de la réception. Comment a-t-on traduit les œuvres de saint Ambroise à l'époque classique ? Qu'en est-il résulté pour l'image que l'on s'est faite de sa personnalité et pour l'influence exercée par son œuvre ? Ce ne sont pas seulement les méthodes que l'on a été conduit à examiner. La finalité et la définition de la traduction sont également en jeu. Ces questions ont inspiré une enquête sur les huit écrivains qui ont mis des œuvres d'Ambroise en français  entre 1600 et 1750. De cet ensemble, on a tiré deux traductions exemplaires, celle de Louis Giry (1639) et celle du Père Leurin (1646). Comme leur époque, ils ont le goût de l'amplification, et ils montrent peu de scrupules quant à l'exactitude. Par ailleurs, tout les oppose : Giry donne dans l'éloquence d'apparat ; Leurin fait œuvre de propagande  spirituelle et transforme les textes d'Ambroise en d'aimables causeries, sous le signe de François de Sales. En règle générale, on a préféré à une simple description une analyse précise des rapports entre le « texte source » et le « texte cible ». Summary : Two translators of Ambrose in the XVI th century. Two questions are closely linked in this article : that of translation and that of reception. How have saint Ambrose's works been translated at classical times? What has come out of it as to the image of his character and as to the influence his work had? Not only the methods have we been led to examine. The finality and the definition of translation are also at stake. These questions inspired an inquiry about the eight writers who turned a number of Ambrose's works into French between 1600 and 1750. Two exemplary translations have been chosen out of this collection : that by Louis Giry (1639) and the other by Father Leurin (1646). As was usual in their time, they have a taste for amplification, and they have few scruples as to accuracy. Besides, everything opposes them : Giry has a tendency for ceremonial eloquence; Leurin acts as a spiritual propagandist and transforms Ambrose's texts into gentle talks, in François de Sales' style. As a rule, we have chosen a precise analysis of the relationship between the source- text and the target- text rather than a mere description.

  • Dates
    Paru le 31 janvier 2007
  • Auteur(s)
    Hervé Savon
  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    Tome XII - Vol.1 - La traduction, art des passages