Biologie et sens de la vie

Revue THÉOPHILYON

Résumé : Les données actuelles de la science démontrent de manière de plus en plus précise la matérialité de la vie et des organismes vivants. Ces derniers sont issus, aux origines, du monde minéral. Produits d'une lente évolution qui a démarré voici environ 3,8 milliards d'années, les êtres vivants qui culminent avec l'espèce humaine, sont le siège de réactions physico-chimiques particulièrement complexes, soumises à l'expression des gènes, qui leur permettent de croître et proliférer. Ces êtres présentent également des faiblesses : ils sont soumis à la souffrance et à la mort. Matérialité, évolution, physico-chimie, souffrance et mort sont les éléments clés pour donner un sens à la vie. De nombreux scientifiques se sont interrogés et s'interrogent toujours sur le sens à donner à la vie. La matérialité du vivant conduit souvent aux thèses matérialistes pour lesquelles il ne représente finalement qu'une longue suite de réactions chimiques. Pourtant, même s'il faut tenir compte de cette matérialité bien réelle, il est possible de voir dans la vie un signe supérieur, mais ceci dépasse le seul travail du biologiste et de l'esprit scientifique. Donner un sens au vivant ne relève pas de la biologie mais d'autres formes de pensée apportées par la philosophie ou la religion. Summary Biology and the Meaning of Life Current scientific data show the materiality of life and living organisms with ever increasing precision. Originally, living organisms are descended from the mineral world. The products of a slow evolution that started around 3.8 billion years ago, living beings which peak with the human species are the centre of particularly complex physico-chemical reactions and dependent on the expression of genes, which enable them to grow and proliferate. These beings also have weaknesses: they are subjected to suffering and death. Materiality, evolution, physico-chemistry, suffering and death are the key elements that give a meaning to life. Many scientists have been wondering about the meaning to give to life. The materiality of the living often leads to materialistic theses for which it ultimately represents just a long series of chemical reactions. And yet, even if this very real materiality must be taken into account, it is possible to perceive a higher sign in life, which goes beyond the sole work of biologists and scientific minds. Giving a meaning to the living does not fall within the province of biology but within that of other forms of thinking brought by philosophy or religion.

  • Dates
    Paru le 30 juin 2002
  • Auteur(s)
    Jean-Marie Exbrayat
  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    Tome VII-2 Sciences du vivant, sens de la vie