Les manuscrits médiévaux

Publié le 28 avril 2016 Mis à jour le 1 juin 2016
Parmi les collections patrimoniales de la bibliothèque se trouvent deux manuscrits médiévaux : un Pontifical romain du XIII siècle et un missel du XIV siècle.
 

Le pontifical romain du XIIIe siècle

Le pontifical romain, dernier-né des livres liturgiques que nous a légués le haut Moyen-Age, réunit en un seul volume de petits livrets précédemment séparés, les Ordines et met ainsi à disposition du célébrant un ouvrage fonctionnel.
Seulement six exemplaires témoignent du Pontifical romain du XIIe siècle, notre bibliothèque détient l’un d’entre eux. L’exemplaire que nous possédons a la particularité de comporter des chapitres additionnels. Une étude de la litanie des saints tend à démontrer que ce pontifical aurait été copié pour un diocèse du nord de la France.
On relève la présence de deux ex-libris, dont l’un de Mgr Ginoulhiac, archevêque de Lyon de 1870 à 1875, qui légua à sa mort le manuscrit au chapitre de Lyon.
De taille moyenne, recouvert d’une peau de truie, l’ensemble du codex est en excellent état de conservation. L’écriture, minuscule gothique très régulière, tracée à l’encre rouge et noire est remarquable d’un point de vue esthétique. Les majuscules sont, quant à elles, ornées d’un très beau lacis de fins traits bleus et rouges. Certaines pages comportent une notation musicale en petites notes carrées noires.

Pontifical romain du XIIIe siècle

Le missel du XIVe siècle

Entré à la bibliothèque en 1950, l’ouvrage est un des rares témoignages de missel manuscrit complet.
Les lettres sont calligraphiées harmonieusement en minuscule gothique. Les capitales alternativement bleues et rouges, ainsi que quelques lettres d’or sur fond bleu roi, viennent embellir le manuscrit.
Le calendrier des saints permet de dater et de localiser notre missel : celui-ci a été copié au XIVe siècle, mais le missel qui a servi de modèle est probablement du début du XIe siècle. Sans doute écrit pour un usage liturgique, ce manuscrit proviendrait du prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue du diocèse de Vienne. Réel témoignage du passé, il fait revivre ce prieuré depuis longtemps disparu et sa proximité géographique avec le diocèse de Lyon nous le rend d’autant plus attachant.


Missel de Saint-Sauveur-en-Rue

Pour en savoir plus :

AMIET Robert. Un nouveau témoin du pontifical romain du XIIe siècle. Scriptorium, 1968, XXII, 2, p. 231-242.
AMIET Robert. Le missel du prieuré bénédictin de Saint-Sauveur-en-Rue au diocèse de Vienne. Scriptorium, XIX, 1, 1965, p.42-62.