Au nom de la loi faut-il tuer le tyran ?

Créé le 19 avril 2011

Revue THÉOPHILYON

Résumé Habités par l'enseignement de saint Thomas, à l'âge classique des monarchies, des théologiens (réformés et catholiques) évoquent le recours au tyrannicide pour défendre la loi juste (et non d'abord la liberté des peuples) contre le pouvoir sacral source d'arbitraire. Le XVIe siècle et le début du XVIIe siècle s'y prêtent d'autant plus que les normes sociales sont bouleversées par les appels constants au meurtre dans les troubles dynastiques, les guerres de religion, les persécutions religieuses. Les Vindiciae contra tyrannos sont, peut-être, les plus beaux fleurons de cette littérature. Avec un glissement sémantique : le tyrannicide s'appelle le régicide (assassinats d'Henri III et d'Henri IV) érigé en parricide, donc encore plus monstrueux pour les défenseurs de la monarchie. L'argumentation tyrannicide, au XVIIIe siècle, rebondit avec la pratique absolutiste. Les jésuites succombent au soupçon, les jansénistes inventent une hypothétique « politique chrétienne » qui désacralise le pouvoir monarchique.

Summary In the name of just law, should the tyrant be killed? Inhabited by Saint Thomas's teachings, in the classical era of monarchies, theologians (reformed and Catholic) call forth recourse to tyrannicide to defend a just law (and not people's freedom first) against sacral power which a source of despotism. This applies all the more to the 16th century and beginning of 17th century as social norms are upset by constant calls for murder in dynastic troubles, wars of religion, religious persecutions. The Vindiciae contra tyrannos are, maybe, the most beautiful jewels of this literature. With a semantic slippage, tyrannicide is called regicide (murder of Henri the 3rd and Henri the 4th) set up as parricide, therefore still more horrendous for monarchy supporters. In the 18th century tyrannicidal argumentation starts off again with the practice of absolutism. Jesuits fall to suspicion; Jansenists invent a hypothetical Christian policy which desacralizes monarchic power.

 

 

  • Auteur(s)
    Bernard Plongeron
  • Éditeur
    Université Catholique de Lyon
  • Références
    Tome XVI-1 L'exception à la loi